Canicules intenses, disparition de la biodiversité, pollution en hausse… L’absence de nature dans les centres urbains a de lourdes conséquences. Urban Canopee redonne sa place à la nature dans des espaces qui en sont dépourvus.

Pourquoi végétaliser les centres urbains ? Selon Elodie Grimoin, co-fondatrice d’Urban Canopee, « si nous végétalisons 25% des villes en plus, on baisse la température de 2 à 4 degrés. » Elle ajoute : « le végétal est la meilleure climatisation naturelle au monde. »

Pour réintroduire la nature au cœur des villes, l’entreprise fondée par Elodie Grimoin et Hubert Michaudet met en place des structures géométriques sur lesquelles poussent des plantes grimpantes. Ces structures, appelées Coroles, peuvent atteindre les 50 m² d’envergure. Une fois totalement recouverte de végétaux, cette canopée urbaine apporte ombrage, fraicheur et bien-être dans des espaces urbanisés.

Un projet né de la canicule de 2016

Les structures utilisées pour créer les Coroles sont nées dans les laboratoires de l’école des Ponts et chaussés. Mais c’est après la canicule de 2016 que les fondateurs d’Urban Canopee ont l’idée de s’en servir pour reverdir et rafraîchir les villes.

Pour concrétiser cette idée, il fallait développer un modèle économique. Ainsi, Elodie Grimoin et Hubert Michaudet ont participé et remporté un appel à projet lancé par le ministère de l’Environnement. Urban Canopee voit alors le jour.

L’entreprise souhaite vendre au moins 100 Coroles en 2021. Elle souhaite également mettre sur le marché de nouveaux modèles de structures végétalisées. Il se pourrait même qu’Urban Canopee s’exporte jusqu’en Australie, témoigne Elodie Grimoin.

Partagez cet article