Les chiffres donnent le tournis : chaque année en France, il se vend plus de 243 millions de jouets. Soit 7,7 jouets par seconde ! Cette consommation effrénée, Claire Tournefier n’en pouvait plus. En 2012, la jeune maman fonde Rejoué. L’association qui donne une seconde vie aux jouets, jeux et livres des particuliers (voir notre article). A ce jour, plus de 300 tonnes de jouets ont déjà été collectés. Les 3/4 des jouets et livres ont pu être réhabilités, avant d’être remis en circulation.

Ainsi, Rejoué collecte, rénove et revend dans ses boutiques des jouets en bon état. « Tout le monde vient ici, aussi bien des gens qui n’ont pas beaucoup de moyens que d’autres qui en ont davantage », explique Marie-Christine Testas, bénévole dans l’une des boutiques Rejoué. Ces jouets sont collectés auprès des citoyens ou au sein des entreprises. Ils sont ensuite triés, complétés et nettoyés écologiquement. Avant d’être vendus aux professionnels de l’enfance, aux particuliers, ou encore offerts à des enfants grâce au soutien d’entreprises partenaires.

« Les jouets sont en bon état, ils sont bien nettoyés et remis en état. Il y a même parfois des objets tout neufs », poursuit Marie-Christine Testas. Chaque année l’association revalorise en moyenne 55.000 jouets.

Directement concernée par la filière REP Jouets

Au-delà de cette démarche éco-responsable, Rejoué joue un rôle de tremplin vers l’emploi. Plus de 60 personnes sont accompagnées chaque année par Rejoué. Au premier étage de l’atelier, des salariés en insertion trient, démontent, revalorisent les jouets. “Pour les jeux de société, nous vérifions par exemple qu’il y ait bien la règle et que toutes les pièces soient présentes“, détaille Sébastien Gillet, chargé de l’encadrement technique et pédagogique.

Après quatre ans de RSA faute d’avoir trouvé un emploi, Bintou Sako a pour sa part intégré Rejoué par le biais de Pôle Emploi. « Chez Rejoué, nos collègues en insertion valorisent leurs compétences. Alors, ils en développent aussi de nouvelles, c’est une force pour trouver demain un emploi qui leur correspond », poursuit Sébastien Gillet.

Rejouons Solidaire, le nouveau réseau de recycleries de jouets

Ainsi, aujourd’hui, Rejoué est directement concernée par la création de la filière REP Jouets (à responsabilité élargie des producteurs). La loi française sur l’Economie circulaire impose en effet aux producteurs et aux distributeurs de jouets de contribuer financièrement au futur recyclage des jouets neufs qu’ils mettent sur le marché.

En conséquence, à partir du 1er janvier 2022, le prix des jouets va légèrement augmenter dans les magasins traditionnels, pour permettre de financer le coût de réemploi et de recyclage des jouets en fin de vie.

Cette loi a poussé Rejoué à s’associer à six autres recycleries françaises spécialisées dans les jouets de seconde main, pour créer le réseau “Rejouons Solidaire”. L’objectif de ce réseau est de permettre aux acteurs du réemploi qui fonctionnent déjà sur les territoires d’être véritablement considérés dans le cahier des charges de la REP Jouets, en cours de constitution.

Partagez cet article