Anti-gaspillage : Phénix veut s’attaquer à l’international

06/09/2017

« Chez Phénix, l’activité économique et l’impact environnemental sont très imbriqués depuis l’origine », indique son co-fondateur Jean Moreau, dans cette interview vidéo accordée à Mediatico. Depuis sa création, en effet, Phénix réduit le gaspillage dans la chaîne de consommation, en collectant auprès de magasins – enseignes alimentaires ou de bricolage notamment – des produits qui sont ensuite redistribués à des organisations caritatives. Un succès, puisque 7 millions de repas ont par exemple été distribués depuis 2014, correspondant à 6.000 tonnes de déchets évités.

 

« Parallèlement, nous créons de la valeur pour nos clients, puisque nous réduisons leurs coûts de traitement des déchets et qu’ils récupèrent une partie de la valeur donnée sous forme de crédit d’impôt au titre du don en nature », explique Jean Moreau dans cette vidéo. Prochaine étape : une nouvelle phase dans son changement d’échelle.

 

Après deux levées de fonds auprès d’investisseurs spécialisés dans l’impact investing – 1 million d’euros levés en 2015, puis 2,5 millions d’euros en 2016 – l’équipe a pu passer de 2 à 60 personnes en moins de 3 ans. Elle doit à présent accompagner la digitalisation de son projet et s’attaquer à son développement à l’international, assure encore Jean Moreau à Mediatico.

 

Pour aller plus loin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*