ENGIE : « La conscience des grandes entreprises est aujourd’hui questionnée »

28/03/2018

Pas facile de réconcilier développement économique et équilibre environnemental. C’est pourtant le sens que la directrice générale d’ENGIE, Isabelle Kocher, souhaite donner à son groupe, anciennement GDF-Suez, qui a désormais pour objectif de « contribuer au développement en amenant l’énergie là où elle n’est pas et d’améliorer les systèmes existants ».

Une intention louable et à la fois une gageure, en particulier pour les énergéticiens. En 2016, Greenpeace avait par exemple salué la “mutation intéressante” du fournisseur d’électricité, qui propose désormais un mix énergétique composé à plus de 60 % d’énergies renouvelables. Mais l’ONG avait simultanément déploré un attachement encore trop prédominant au nucléaire.

« Le sens de l’action des grandes entreprises est aujourd’hui questionné du point de vue de la conscience », répond Isabelle Kocher dans cette vidéo, filmée lors du 10ème Forum Mondial Convergences, à Paris. Une prise de conscience volontariste bienvenue, en phase avec les aspirations montantes de la société. Mais qui n’empêche pas la résurgence des fantômes du passé, sur des questions d’abus de de position dominante ou d’optimisation fiscale notamment.

 

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*