L’économie sociale et solidaire doit soutenir la transition culturelle, par Bernard Latarjet

06/04/2017


Mediatico et Le Labo de l’ESS ont noué un partenariat éditorial pour porter plus largement ensemble les réflexions sur les grands enjeux de l’économie sociale et solidaire. A ce titre, Mediatico publie chaque mois le nouvel éditorial ou une tribune du Labo de l’ESS.

 

Portrait Latarjet

Par Bernard Latarjet, conseiller culturel

Les entreprises culturelles occupent une place importante au sein de l’ESS. Plus de 20% d’entre elles y sont inscrites statutairement. Elles représentent de l’ordre de 15% des 225.000 entreprises qui composent aujourd’hui le champ de l’économie sociale et solidaire. 20% des structures ayant bénéficié du DLA (dispositif local d’accompagnement) appartiennent au monde de la culture.

La nouvelle donne économique et sociale des politiques culturelles crée un contexte favorable à l’essor de l’ESS au sein de la culture.

La raréfaction des financements par subventions de l’Etat et des collectivités locales conjuguée avec la hausse incompressible des coûts de fonctionnement de l’existant, conduit à brève échéance le modèle économique du service public à l’asphyxie.

La crise sociale dont les événements récents témoignent de l’aggravation conduit un nombre croissant d’acteurs de la culture à mettre en cause mission et efficacité de leurs entreprises, à dénoncer « l’entre soi », la fracture qui sépare désormais le monde « protégé » de la culture et le « peuple » des mécontents.

Depuis la déclaration de Fribourg, l’approche par les droits culturels, c’est-à-dire par l’élargissement de l’action culturelle à l’ensemble de la population, rend plus nécessaire encore cette remise en cause.

Enfin, les collectivités territoriales, et notamment les régions, portent un intérêt grandissant à la culture comme filière d’activités créatrices de richesses et d’emplois. En leur sein, ce sont souvent les services chargés de l’ESS et les outils mis en place pour son développement qui sont mobilisés pour compléter les aides traditionnelles ou compenser leur décroissance. Les 9 et 10 mars derniers se tenaient à Strasbourg les assises nationales des directeurs des affaires culturelles (DAC) des collectivités territoriales sur le thème « culture et citoyenneté ». Les débats ont souligné la nécessité de stimuler l’économie sociale et solidaire comme voie – aujourd’hui trop sous-utilisée- de co-construction de projets de territoires dans des logiques financières nouvelles et plus coopératives. Ce diagnostic partagé confirme celui que l’UFISC exprimait en 2007 dans son « manifeste pour une autre économie de l’art et de la culture ».

Les entreprises culturelles sont donc entrées depuis peu dans une période de transition profonde – qu’il s’agisse du secteur purement marchand avec l’explosion des technologies nouvelles de production et de diffusion, du « tiers secteur » avec, en particulier la forte croissance du nombre des compagnies indépendantes, de secteur public dont on vient de rappeler les remises en cause dont il est l’objet.

Cette « transition culturelle » se manifeste notamment par une territorialisation accrue des projets, par la conjugaison au sein de ces projets d’ambitions artistiques, sociales et économiques articulées dans une vision plus globale du développement local, par le passage de la « démocratisation » à la « démocratie » porté par l’exigence des droits culturels.

Cependant, en dépit d’un contexte très favorable au rapprochement entre culture et ESS, il semble que la situation demeure globalement stagnante et qu’une coupure demeure – sinon s’élargisse – entre une action culturelle et sociale de proximité relevant de l’ESS et des structures de production et de diffusion relevant d’un entrepreneuriat plus classique. Le nombre de SCOP, de SCIC, de fondations, d’associations se référant explicitement aux règles de l’ESS ne semble pas croître de manière significative. Les nouveaux outils – CAE, PTCE – ont connu des applications exemplaires mais limitées en nombre. Certes, l’économie collaborative, le partage et la mutualisation de services et de moyens – gestion, production, communication…. – se développent. Mais le passage à l’économie coopérative reste rare. Une résistance se manifeste souvent parmi les opérateurs contre l’inclusion de la culture dans une logique plus entrepreneuriale et à la prise en compte des moyens qui relèvent du bilan et du renforcement des fonds propres plutôt que de ceux qui agissent sur le résultat d’exploitation.

En outre, la réduction des subventions risque d’inciter un plus grand nombre d’établissements à s’orienter vers une activité créatrice plus directement marchande et cantonner l’ESS à un tiers secteur de plus en plus isolé et fragile.

Qu’en est-il réellement ? Quels sont les freins ? A quelles conditions l’ESS peut-elle porter davantage la transition culturelle en cours ? C’est à ces questions que la réflexion nouvelle engagée par le « Labo » s’efforcera de répondre.

 

Bernard Latarjet,
Conseiller culturel

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>