La loi impose à l’Etat d’établir « un prix compétitif de l’énergie » pour mieux « maîtriser les dépenses énergétiques ». Mais quel est le bon prix de l’énergie, acceptable à la fois par les consommateurs, les distributeurs et les producteurs de l’énergie ? Bruno Bensasson, président de Engie Energies Renouvelables et directeur de Engie Energie France (anciennement GDF-Suez Energie France), s’est exprimé sur point lors des dernières rencontres parlementaires de l’énergie, filmées par Mediatico.

 

Les prix doivent refléter le vrai coût des choses, estime Bruno Bensasson, qui ne dit pas un mot du coût de la recherche-développement ni des subventions publiques à l’émergence des énergies renouvelables, mais qui appelle à une meilleure structuration des prix. Selon lui, chaque énergie doit en effet payer pour développer sa propre énergie renouvelable.

 

Ainsi, l’électricité doit financer l’électricité renouvelable, le gaz doit payer pour le biogaz, le carburant doit financer les biocarburants, ajoute Bruno Bensasson dans cette vidéo. Et d’ajouter que chaque filière doit contribuer au financement de la baisse des émissions de CO2, dont le prix de 5 euros la tonne est actuellement bien trop bas pour être dissuasif. Seul un prix nettement plus élevé permettrait à la société toute entière d’entrer véritablement dans une démarche de maîtrise de sa consommation et, au final, de réduction des gaz à effets de serre pour limiter les effets du dérèglement climatique.

 

Pour aller plus loin :