Caroline Neyron est déléguée générale du Mouves, le Mouvement des Entrepreneurs Sociaux, qui compte aujourd’hui près de 1000 adhérents et représente à peu près 50.000 emplois partout en France. Ce réseau militant propose une autre vision de l’économie et s’appuie sur les entrepreneurs sociaux, ceux qui prouvent chaque jour qu’une autre façon de faire de l’économie fonctionne.

Pour la déléguée générale du Mouves, les débats autour de la loi Pacte ont porté dans le débat public des revendications que défend le mouvement depuis 10 ans, comme la nécessité des entreprises à avoir un impact social et environnemental, ou comme le besoin de ces entreprises vertueuses à être aidées au moins autant que les autres.

#NousSommesDemain et #TuNesPasSeulNicolas sont deux mots d’ordre lancés par le Mouves suite à la démission du ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. L’enjeu, explique Caroline Neyron, était de montrer que les entrepreneurs sociaux créent aujourd’hui plus d’emplois que l’économie classique, engagent des actions concrètes et proposent des formules qui permettront la transition écologique et sociale, et qui fonctionnent.

Interrogée sur la Semaine de la finance responsable, la déléguée générale du Mouves rappelle aussi que sans finance solidaire, il n’y a pas d’entrepreneuriat social. Il faut des dispositifs pour encourager cette finance différente, dans laquelle les investisseurs verront leur rentabilité tournée vers l’impact social et environnemental, a-t-elle rappelé.

Pour aller plus loin :
Cette interview vidéo a été diffusée dans « IMPACT », le magazine vidéo de Mediatico dédié à l’actualité de l’économie sociale et solidaire : découvrez « IMPACT »