À en croire Claude Arnaud, l’efficacité énergétique passera par la recherche scientifique. Après déjà 40 ans de progrès en la matière, trois raisons poussent à aller encore plus loin dans les économies d’énergie, explique le président de l’institut de R&D Efficacity, spécialisé dans l’efficacité énergétique, dans cette vidéo de Mediatico filmée lors des dernières rencontres parlementaires de l’énergie.

 

D’abord, le changement d’échelle, qui consiste à raisonner désormais au niveau de la ville et non plus d’un simple bâtiment. Ensuite, l’approche systémique, qui oblige à considérer l’environnement global – et notamment le réseau de transports – du site à rendre plus efficient. Enfin, le comportement des usagers, qu’il serait aujourd’hui impensable de ne pas prendre en compte.

 

Partant de là, reste à trouver de bons terrains d’expérimentation, comme une gare par exemple : ce bâtiment ouvert à tous vents consomme une énergie considérable, notamment en hiver, mais elle en produit également en très grande quantité lors du freinage des trains. La récupération de cette chaleur est une technologie déjà maîtrisée, sans doute pas encore optimale, et surtout inexistante dans le métro parisien ou sur les rames de tramway. À quand le déploiement de cette technologie à l’échelle régionale ou nationale ? Le Grand Paris mériterait bien de s’en saisir, pour en faire un cas d’école.

 



Pour aller plus loin :