Typhons, cataclysmes, mais aussi dengue et chikungunya : les risques qui pèsent sur l’humanité en cas de dérèglement climatique vont bien au-delà des risques environnementaux. La faute… aux moustiques, notamment ! « Le lien avec la santé doit donc absolument être pris en compte dans les négociations climat », martèle Gilles Lhernould, vice-président en charge de la RSE du laboratoire pharmaceutique Sanofi, dans cette interview réalisée au Grand Palais par Mediatico, en partenariat avec Les Echos.

 

Revenant également sur son impact climatique en tant qu’industriel du médicament, Gilles Lhernould explique aussi dans cette vidéo quels sont les efforts réalisés depuis plusieurs années par Sanofi pour réduire ses émissions de CO2, évoquant les résultats déjà obtenus et les nouveaux objectifs en préparation pour 2016. Il relève par exemple que la part de ses médicaments transportés par voie aérienne est passée de 80% en 2005 à 20% aujourd’hui, réduisant ainsi l’empreinte carbone de sa chaîne logistique.

 

Pour aller plus loin :