Avec le couvre-feu à 18h, il devient impossible pour les consommateurs des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), de récupérer des produits alimentaires en fin de journée. Cela provoque aussi un manque à gagner pour les agriculteurs qui se retrouvent dans l’incapacité d’écouler leur production.  

Alors que les deux confinements ont souligné l'importance des circuits courts, le couvre-feu instauré le 16 janvier 2021 semble paradoxal. Les 2.000 AMAP de France qui mettent en lien des agriculteurs et des clients désireux d’obtenir des denrées alimentaires dans des circuits courts sont bien en peine d'écouler leur production.

Selon Elisabeth Carbone, secrétaire générale du Mouvement inter-régional des AMAP (MIRAMAP), « la plupart des agriculteurs livrent leur production entre 18 et 20h, les paysans peuvent venir apporter leurs . . .

Pour profiter pleinement de l'ensemble de nos contenus, abonnez-vous.
Vous intégrerez une communauté qui redonne du sens à l'économie et vous aiderez Mediatico à assurer son indépendance éditoriale. Merci !