Tous d’accord pour une finance positive ? Assurément ! Mais… c’est quoi la finance positive ? La réponse tient d’une part en 120 pages, dans cet ouvrage très pédagogique qui s’adresse au grand public, « Pour une finance positive » (éditions Rue de l’Echiquier), co-signé par Philippe Zaouati et Hervé Guez, respectivement directeur général et directeur de la recherche chez Mirova, la société de gestion du groupe BPCE spécialisée en investissement responsable (ISR).

 

Mais la définition de la finance positive tient aussi, d’autre part, en une courte phrase, assénée avec conviction par Philippe Zaouati, dans l’interview vidéo exclusive (ci-dessus) accordée à Mediatico : « En réalité, tout le monde sait ce qu’est la finance positive : moins d’émissions carbone, plus d’énergies renouvelables, comprendre besoins sociaux, financer les infrastructures qui favorisent la croissance, ou soutenir l’économie sociale et solidaire qui représente 10% de l’emploi privé ». En d’autres termes, la finance positive serait axée sur les investissements de long terme, utiles au développement des territoires, à l’environnement et aux êtres humains.

 

Fallait-il un livre pour énoncer ces vérités ? Certes oui, quand trop de financiers se focalisent sur leur rendement à court terme, sans prendre garde aux effets négatifs de leurs choix de gestion. Certes, encore, quand Philippe Zaouati assure que « la finance, c’est nous ! ». Et voilà ce financier pur jus de nous interpeler : « C’est notre épargne, ce sont nos 8.000 milliards d’euros, placés dans des fonds de pension ou dans des compagnies d’assurance, qu’il faut se réapproprier ».

 

Allons bon. Et pour quoi faire ? « Pour faire pression, pour réorienter notre épargne vers les secteurs positifs de l’économie », insiste-t-il encore dans cette vidéo. Un révolutionnaire chez Mirova ? Pas le moins du monde. Philippe Zaouati est juste un de ces rares financiers conscients de leur responsabilité, et qui n’ont pas peur de s’engager.

 

* « Pour une finance positive », par Hervé Guez et Philippe Zaouati, 120 p., éditions Rue de l’Échiquier.

 

Pour aller plus loin :