« Papa, c’est toi qui fait exploser la planète ? » De son propre aveu, Philippe Zaouati est un financier récemment converti à la finance responsable. Ses enfants, qui l’interrogeaient ainsi lors de la crise financière née en 2008, en portent sans doute fièrement une part de responsabilité. Dans cette interview vidéo exclusive, accordée à Mediatico à l’occasion de la publication de l’ouvrage « Pour une finance positive » *, Philippe Zaouati raconte son cheminement.

 

Initialement, il était de ces profils de matheux-ingénieurs, qui débarquèrent en masse dans les salles de marchés à la fin des années 80. Après 25 ans de carrière dans la gestion d’actifs traditionnelle, il vient à s’interroger sur le sens de son métier. En janvier 2014, Philippe Zaouati devient directeur général de Mirova, la nouvelle filiale du groupe BPCE (Banque Populaire – Caisse d’Epargne) spécialisée dans l’investissement socialement responsable (ISR).

 

Mirova dispose aujourd’hui de 4 milliards d’euros d’actifs sous gestion. Philippe Zaouati, lui, a décidé de s’engager plus activement dans le mouvement de « l’économie positive », selon le terme fédérateur utilisé par Jacques Attali. Les deux hommes, d’ailleurs, se croisent naturellement au Havre, lors du LH Forum.

 

Dans cette interview, Philippe Zaouati insiste sur ses convictions profondes : « La finance responsable n’est pas qu’éthique, c’est d’abord de la finance », assure-t-il, donc du rendement financier. « N’oublions pas notre métier », affirme-t-il. Mais, selon lui, la finance doit être remise au service de l’économie, en particulier d’une économie de long terme, durable et soutenable pour la planète comme pour les générations futures. Rencontre ci-dessus avec Philippe Zaouati, qui a accepté d’ouvrir à Mediatico les portes de son bureau.



 

* « Pour une finance positive », par Hervé Guez et Philippe Zaouati, 120 p., éditions Rue de l’Échiquier.

 

Pour aller plus loin :