Filmée à l’improviste (désolé pour le son), Ségolène Royal a fait plusieurs annonces lors du lancement de la Semaine de la Finance Responsable, qu’elle accueillait dans les locaux de son ministère ce lundi 26 septembre. Pour orienter davantage l’épargne des Français vers la transition énergétique, la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, également présidente de la COP21, a dit soutenir les efforts de promotion des placements verts dans les agences bancaires, au travers des plans d’épargne salariale et dans les contrats d’assurance-vie.

 

Mais elle a surtout annoncé la création d’un label « Financement participatif pour la croissance verte » conçu avec l’association Financement Participatif France, afin d’apporter des garanties aux épargnants qui souhaitent affecter une partie de leur argent aux investissements dans la croissance verte. La ministre a assuré que les textes réglementaires liés à ce nouveau label seraient mis en consultation dès cette semaine.

 

A l’attention des investisseurs institutionnels, elle a dit qu’elle remettrait le 28 octobre prochain à l’OCDE le prix du meilleur reporting climatique, un prix mis en place en juin dernier pour identifier et encourager les pratiques pionnières en la matière. Au risque de marcher sur les platebandes du ministre de l’Economie et des Finances, elle a aussi apporté son soutien à la proposition de la Fédération Bancaire Française de revoir la réglementation bancaire européenne afin d’inciter les banques à s’engager dans la finance verte.

 

Rappelant que la France serait le premier pays au monde à émettre un green bond d’Etat – de plusieurs milliards d’euros – destiné à financer les investissements verts du 3ème volet du Programme d’Investissements d’Avenir, le PIA3, qui sera inscrit au Projet de loi de finances 2017 présenté demain en Conseil des ministres, la ministre a enfin affirmé son souhait de voir Paris devenir la capitale de la finance verte, s’engageant à promouvoir les atouts de la place de Paris devant les assemblées générale du FMI, de la Banque mondiale et du G20 début octobre.

 

Pour aller plus loin :