« L’entreprise n’est pas simplement sur un marché financier, elle est dans la société et contribue à l’intérêt général »assure Hélène Valade, directrice du développement durable de Suez et prochaine présidente de l’Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE), dans cette interview vidéo accordée à Mediatico à l’issue d’une rencontre organisée à Mines ParisTech par le Forum pour l’Investissement Responsable (FIR). Le rapport Notat/Sénard, remis au gouvernement début mars, témoigne que cette vision de l’entreprise responsable s’impose de plus en plus et « nous espérons que cela entrainera d’autres entreprises, poursuit Hélène Valade, que cela aura un effet d’entrainement sur l’écosystème ».

Les comportements d’achat des consommateurs devraient ainsi venir récompenser les entreprises vraiment responsables. Quant à la finance, « elle devra flécher les investissements sur les solutions et les entreprises respectueuses d’un certain nombre de principes ». 

« Cette vision est une victoire, mais le chemin est encore immense », tempère Hélène Valade. Pour elle, de nombreuses questions nouvelles se posent désormais : « Comment redéfinir le rôle de l’Etat et des acteurs publics par rapport à une entreprise qui va de plus en plus agir pour l’intérêt général ? Comment remettre au centre le rôle des actionnaires et réconcilier l’ensemble des logiques au sein de l’entreprise ? ». 

De nouveaux enjeux qui sont loin d’être tranchés. La reconnaissance dans la Loi Pacte des acteurs du développement durable et la valorisation de l’entreprise responsable n’est donc qu’une première étape. « Le chemin est encore long, mais il est enthousiasmant », conclut la directrice du développement durable de Suez.