Quatre mois après la COP21, l’enjeu climatique reste d’une actualité brûlante chez Nespresso, le champion mondial du café en dosettes. Directeur général de Nespresso France depuis 2008, Arnaud Deschamps, 42 ans, annonce en exclusivité à Mediatico.fr, dans cette interview vidéo*, que la branche française du groupe compense désormais 100% des émissions de carbone générées par ses process industriels. Un défi que relèvent déjà certaines entreprises du secteur énergétique, mais une prouesse rare dans le milieu du café et de l’agroalimentaire en général.

 

La compensation carbone est un processus en trois étapes, qui suppose de mesurer d’abord les émissions de gaz à effet de serre produites par l’entreprise en amont en aval de sa filière (production, transport, emballage, énergie, distribution, fin de vie), puis de mettre en place des mécanismes qui permettent de réduire ces émissions, et enfin d’investir ailleurs dans le monde dans des projets de séquestration du CO2, d’amélioration de l’efficacité énergétique, ou de production d’électricité verte.

 

Nespresso France a choisi d’investir dans la reforestation pour compenser son empreinte carbone, explique Arnaud Deschamps dans cette vidéo. Alors que la déforestation représenterait 10% des émissions gaz à effets de serre de la planète, Arnaud Deschamps revient pour Mediatico.fr sur les nombreuses vertus des arbres dans l’écosystème du café.

 

Il précise planter 500.000 arbres par an chez ses caféiculteurs, en collaboration avec PUR Projet, pour un montant de 1,5 million d’euros. Il rappelle aussi comment Nespresso a préalablement travaillé à réduire l’empreinte carbone des machines à café, en faisant siens les principes de l’économie circulaire et de l’économie de l’usage.

 

*Extrait de « Vidéo Long format avec Arnaud Deschamps », à paraître début mai 2016 sur Mediatico.fr, portant notamment sur le café bio, le café équitable, le recyclage des capsules d’aluminium et l’écosystème de Nespresso dans son ensemble.

 

Pour aller plus loin :