Graphiques à l’appui, Olivier Baud fait sa démonstration en public lors des dernières rencontres parlementaires de l’énergie : entre 2013 et 2018, les écarts entre les pics et les creux de consommation électrique se sont considérablement accrus. Les pics montent plus haut, malgré des bâtiments plus économes, car les usagers consomment de plus en plus sans réfléchir. Et les creux de consommation descendent toujours plus bas, car 15% des usines françaises – grandes consommatrices d’énergie – ont fermé en l’espace de six ans.

 

Les courbes d’Olivier Baud en disent long sur les mutations de l’économie française et l’homme sait de quoi il parle. Ingénieur des Mines, dirigeant de grandes entreprises industrielles en France et à l’international, il est aujourd’hui président de Energy Pool, un opérateur en modulation d’électricité. En clair, Energy Pool travaille avec de gros consommateurs d’électricité, qu’il connecte à des centrales de modulation afin de répartir leurs consommations respectives à des heures critiques pour le réseau électrique. Or, son constat sur l’entrée des énergies renouvelables dans le système est inquiétant.

 

Selon lui, les énergies renouvelables en France n’ont pas d’acheteur durant 7 mois de l’année, autrement dit pour les deux-tiers de leur production annuelle. Compte tenu des lourds investissements nécessaires pour les développer, Olivier Baud est certain que le coût de l’investissement sur les énergies renouvelables sera répercuté non pas sur le futur acheteur des énergies renouvelables, mais sur l’ensemble des particuliers, entreprises et collectivités. Déséquilibrant le marché de l’électricité. Et renchérissant du même coup le prix global de l’énergie pour les Français.

 

Pour aller plus loin :