Monsieur le Président de la République,

Après l’annonce de la mobilisation d’1 milliard d’euros sur 5 ans pour « libérer l’innovation sociale », les noms des entreprises sociales lauréates de l’appel à projets Pionniers French Impact vont être dévoilés ce soir. Celles-ci auront l’honneur d’intégrer le premier accélérateur national d’innovation sociale et de bénéficier d’un accompagnement afin de permettre leur développement.

Nous félicitons les lauréats du concours et leur souhaitons tout le succès qu’ils méritent dans « leur changement d’échelle ».

Mais ces Pionniers French Impact sont des structures bien avancées qui, selon les termes de cet appel à projets, ont déjà « démontré la robustesse de leur modèle et leur impact social ».

Nous souhaitons mettre en avant une autre perspective. Nous voulons attirer votre attention sur toutes ces jeunes pousses, socialement innovantes, qui semblent oubliées d’une politique publique censée favoriser et stimuler l’innovation sociale française.

En effet, cet appel à projets, annoncé par le Ministre de la Transition écologique et solidaire, M. Nicolas Hulot, le 18 janvier dernier, n’était destiné qu’aux structures réalisant au moins 500.000€ de chiffre d’affaire.

Est-il possible de « libérer l’innovation sociale » en soutenant seulement quelques entreprises qui ont déjà fait leurs preuves tout en laissant sur le bas-côté des centaines de startups sociales qui tentent d’innover au service de l’intérêt général ?

Vous avez l’opportunité de donner du sens à cette « startup nation » que vous défendez ardemment. Une (startup) nation à la hauteur des valeurs de la France, fidèle à ses racines, fidèle à son Histoire. Une (startup) nation pionnière en matière d’innovation sociale. Une (startup) nation visionnaire.

Dans un ordre mondial dominé par l’individualisme, l’économie sociale et solidaire constitue aujourd’hui le principal outil de transformation durable et pérenne de nos sociétés pour préserver la solidarité et la justice sociale à long terme.

Nous sommes aujourd’hui des milliers d’entrepreneurs sociaux en France qui, chaque jour, s’emploient à bâtir un monde plus juste et solidaire. Chacun de nous est pionnier, à sa manière, d’une économie futuriste et alternative, une économie inclusive et durable. Nous aussi, avons besoin de votre soutien.

Monsieur le Président de la République, nous vous demandons de donner une chance à l’innovation sociale.

Nous vous demandons de prendre un risque, de faire un pari sur l’avenir des structures de tailles plus modestes, en même temps que de récompenser les entreprises lauréates auxquelles nous ne sommes évidemment pas opposés. Cette aide supplémentaire permettrait à des dizaines, voire des centaines de startups sociales de faire demain l’honneur et la fierté de la France par leur impact sur notre pays et en même temps sur le monde.

La fierté d’une France qui aura su insuffler une nouvelle dynamique et montrer qu’il est possible d’innover en donnant du sens dans un monde numérique de plus en plus impersonnel et déconnecté de nos réalités humaines.

Il n’appartient qu’à vous de libérer davantage encore l’innovation sociale, et de faire entrer durablement la France dans le XXIe siècle afin qu’elle le marque de ses Lumières.

Il vous suffirait seulement de dire : « Social Entrepreneur is the New France ».

 

Signataires :

Brian Corrieri – Cofondateur de FairTrip
Renaud Attal – Co-Recyclage
Vincent David – Fondateur de Relations d’utilité publique
Sandra Bazet-Simoni Caudron – Cofondatrice et Présidente de Dysruptiv Campus
Eric Plaquevent, Manuel Mercadal, Yaacov Cohen – Studio Good Impact
Eva Bordachar – Fondatrice d’Hopinoy
Christophe Vautrin – Fondateur de SePartagerUnBien
Tienot Dagron – Cofondateur de My Coral Garden
Hugo Paroux – Fondateur de DailyDej’
Laurent Guy – Cofondateur de ROX
Yoann Hodeau – Fondateur de Prowd
Charles Goapper, Marie-Charlotte Julia, Benoît Charreyre, Franck Laval – Fondateurs de La Fable
Éric Mangin et Paul Ziadé – Cofondateurs de U2GUIDE