Partagez cet article

Si l’univers numérique était un pays, il serait le cinquième plus gros émetteur mondial de CO2, assure une étude de GreenIT. Pour endiguer le réchauffement climatique, notre devoir est de réduire notre pollution numérique. Comment faire ? Nous pouvons agir en adoptant des moteurs de recherche durables, comme Ecosia : une véritable alternative écologique et éthique au géant Google.

« Nous fonctionnons comme Google ou Qwant, mais ce qui nous caractérise c’est que 100% de nos bénéfices sont dédiés à la lutte pour le climat », explique Juliette Chabot, responsable France. 80 % des bénéfices servent à financer des projets de reforestation, tandis que les 20 % restants sont dédiés aux énergies renouvelables et au soutien de projets en agro-écologie.

L’entreprise à but non lucratif va même assez loin en la matière, car les recherches des utilisateurs sont alimentées grâce à des panneaux solaires, en matière de consommation électrique. « Au début, nous produisions 100 % de l’énergie nécessaire. Aujourd’hui, nous produisons le triple ! Et ce surplus est réinséré dans les circuits locaux d’énergie en Allemagne », insiste Juliette Chabot.

« Nous proposons aux entreprises de payer un euro pour un arbre »

« En matière de reforestation, nous avons planté 130 millions d’arbres dans 35 pays à travers les cinq continents », indique la responsable France. Tous les projets Ecosia répondent à une urgence climatique et à chaque projet sa particularité : « Au Sénégal, nous travaillons en agro-foresterie avec les agriculteurs, pour lutter contre l’insécurité alimentaire. En Australie, nous sommes présents depuis les feux de janvier 2020, en réponse aux dernières catastrophes naturelles », poursuit Juliette Chabot. Et de préciser : « Nous avons toujours cette problématique de nous ancrer de manière positive au sein des communautés locales ».

Depuis juin, Ecosia a lancé son service de plantation pour les entreprises. « Nous leur proposons de payer un euro pour planter un arbre. Avec le journal Libération cet été, un arbre était planté pour toute nouvelle inscription ». Un joli partenariat, qui va permettre à Ecosia de planter 10.000 arbres supplémentaires.


Partagez cet article