« Il faut intégrer dans les marchés publics des critères extra-financiers qui nous informent sur la performance sociale, sociétale et environnementale des entreprises », interpelle d’Emeric Oudin, président du Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise (CJD). S’adressant aux candidats à l’élection présidentielle, il développe sa proposition : il faut « faire en sorte que les marchés publics puissent être orientés vers les entreprises à impact positif ». Or, selon lui, seuls des critères extra-financiers dans les marchés publics permettront de garantir « une exemplarité dans la passation des appels d’offres ».

La proposition de Emeric Oudin s’inspire du travail mené au CJD : « Notre quotidien c’est de faire en sorte d’améliorer la performance sociale, sociétale et environnementale » des entreprises membres. Cela passe par des formations, des commissions de travail, ou des sujets d’étude notamment sur « l’évolution et l’intégration des critères extra-financiers dans les entreprises », explique-t-il.

5.700 membres

Mais au fond, la question de fond de Emeric Oudin est plus large : « Comment allons-nous emmener l’ensemble de la société, composée d’entreprises plus vertueuses qui ont le souci des enjeux du bien commun ? ». En 2020, le CJD revendiquait plus de 5.700 membres en France et une présence dans 16 pays. Le CJD se revendique d’être « un acteur majeur de la transition écologique », en faisant la promotion des entreprises du changement et qui ont de l’impact.

Le 3 février dernier, au Muséum national d’Histoire naturelle à Paris, le Mouvement Impact France réunissait ses membres pour présenter son Manifeste pour l’économie de demain. À la fin de ce mois de février, plus de 4.000 personnes ont signé ce manifeste.

Partagez cet article