Mélanie Thuillier, co-directrice de la CRESS Nouvelle-Aquitaine, dresse le bilan de l’Economie Sociale et Solidaire dans sa région après cette année placée sous le signe du Covid-19.  

Sur les 22.000 structures de l’ESS en Nouvelle-Aquitaine, plusieurs vont mettre la clef sous la porte. « Pour l’heure il n’y a pas eu de fermeture administrative en Nouvelle Aquitaine, mais comme partout ailleurs, nous savons que cela va arriver », explique Mélanie Thuillier, co-directrice de la CRESS Nouvelle-Aquitaine. En déplacement à Bordeaux, Mediatico est en effet allé interroger les acteurs de l’écosystème local de l’ESS, à commencer par la Chambre Regionale de l’économie sociale et solidaire.

Selon ESS France, l’économie sociale et solidaire aurait perdu presque 52.500 postes en 2020, soit 2,5% des emplois disponible dans l’ESS en France. « L’économie sociale a vécu la crise avec difficulté en Nouvelle-Aquitaine comme dans toute la France », déplore Mélanie Thuillier.

Cette période particulière aura tout de même permis à de nombreuses structures de montrer leur réactivité. A l’instar de HomeMade, un groupement d’acteurs de l’économie sociale de la région, qui s’est lancé dans la fabrication de protections pour les soignants. Au total c’est plus de 200.000 visières et 50.000 masques en tissus produits entre mars et novembre 2020.

Les élections régionales en approche

A l’approche des élections regionales initialement prévues pour mars 2021 et finalement reportées au moins de juin, Mélanie Thuillier a tenu à souligner « la politique ESS très affirmée du conseil régional de Nouvelle Aquitaine. » Selon elle, la région dispose de presque 10 millions d’euros d’investissements à destination de l’ESS et d’une direction ESS au sein du conseil régional. Composée de 15 personnes au sein du conseil regional.

La région Nouvelle Aquitaine s’est en effet dotée d’une feuille de route depuis 2019. Nommée Neo Terra, elle se fixe 11 ambitions pour accompagner la transition écologique, énergétique et agricole de la région d’ici 2030. Après la période électorale qui s’ouvre, ” nous souhaiterions que ce type d’initiatives soit encore plus affirmé qu’aujourd’hui “, conclut Mélanie Thuillier.

Partagez cet article