La 13e édition de la Semaine de la finance responsable qui vient de s’achever est un demi-succès. Elle est d’abord un peu décevante, comme toujours, au vu du faible nombre d’événements destinés à sensibiliser le grand public : une vingtaine d’événements tout au plus, en partie en ligne et pour la France entière, qui témoignent de la façon dont notre argent peut produire un impact positif au plan social et environnemental. Mais dans le même temps, ajoute Frédéric Vuillod, fondateur de Mediatico, sur l’antenne de BFM Business, les sujets abordés sont toujours passionnants :

  • Comment la diversité femmes / hommes crée de la valeur et de l’impact positif dans l’entreprise ;
  • La finance responsable au service de la transition agro-écologique et des forêts françaises ;
  • L’exclusion – ou pas – du tabac, gros consommateur d’eau, dans les labels ISR et RSE ;
  • Sans oublier le numérique éthique, ou bien sûr le sujet climatique.

L’ONG Reclaim Finance appelle d’ailleurs clairement les Français à changer de banque si leur établissement ne met pas leur argent au service du climat ! Car les Français sont chaque année plus sensibles à la relation entre leur argent et la “durabilité”.

Le sondage IFOP « Les Français et la finance responsable » nous apprend cette année que :

  • 60% des Français accordent une place importante aux impacts sociaux et environnementaux dans leurs décisions de placements ;
  • et que 46% d’entre eux sont convaincus que leur épargne peut vraiment avoir un impact positif ; 
  • mais que 61% sont déçus et estiment que les placements responsables n’ont qu’un impact “neutre” sur la société.

En somme, les Français attendent des preuves tangibles de l’impact de leurs placements. C’est à leur banquier de leur donner. Et c’est au label ISR public de le garantir, à condition que celui-ci soit bien plus exigeant, souligne encore le fondateur de Mediatico.

Frédéric Vuillod revient aussi sur le reste de l’actualité de la finance responsable, et notamment sur :

  • L’engagement de l’Ircantec, la caisse de retraite complémentaire du secteur public, qui gère un portefeuille de 15 milliards d’euros en ISR ;
  • le closing par Esfin Gestion (Ecofi) du premier fonds français de capital investissement dédié au développement et à la transmission des PME Bio.

Une interview de Frédéric Vuillod sur BFM Business à retrouver en intégralité dans cette vidéo.

Partagez cet article