L’impact social, une spécificité française ? Assurément. Au pays des Lumières, les cerveaux éclairés n’ont renoncé à rien. En cette rentrée 2019, les visages s’illuminent et les mobilisations reprennent, pour défendre ce progrès social et environnemental qui restera pour longtemps l’enjeu crucial de notre siècle. Partout, les acteurs se mobilisent. Dans la société civile. Le monde entrepreneurial. L’univers politique. Le monde académique. Oui, cette rentrée est placée sous le signe de l’impact social. Et, surtout, de son accélération ! 

Pour preuve, les premières Universités d’été pour l’économie de demain(UEED) ouvrent leurs portes aujourd’hui, à l’initiative du collectif #NousSommesDemain, formé lors de la démission de Nicolas Hulot voilà tout juste un an. Initié par le Mouvement des entrepreneurs sociaux, ce collectif rassemble plus de 80 organisations, qui veulent accélérer la dynamique d’engagement des entreprises françaises dans la transition sociale et écologique. Si les entreprises entendent l’appel de la jeunesse, elles attireront les talents, retrouveront la confiance des consommateurs, s’ouvriront de nouveaux marchés et assureront leur avenir, parie le collectif. Et sauveront la planète ! Alors, comment accélérer ?

Jeudi, c’est le Forum Convergences qui tiendra à Paris sa douzième édition. Pour faire converger quoi ? Les enjeux sociaux et environnementaux, les acteurs publics et privés, les initiatives locales et nationales, la finance et la culture, la politique et l’industrie, la fin du monde, la fin du mois… Déjà douze ans d’échanges, de rencontres, d’inspirations collectives, de collaborations réussies pour des innovations multipartites à fort impact social et environnemental. Quoi de neuf après douze ans ? Convergences s’internationalise. Et, en même temps, Convergences se régionalise (lire ci-dessous). Pour déployer l’impact social encore davantage, au cœur de nos territoires. Chez Convergences aussi, on accélère.

Dans deux semaines, enfin, la France toute entière se met en scène. Après le sommet international « Pact for Impact » des 10 et 11 juillet derniers, au musée du quai Branly, qui a rassemblé 400 participants venus de 50 pays et qui entendait « faire de l’innovation sociale une priorité mondiale », l’engagement est en bonne voie : la déclaration commune est signée, l’alliance mondiale est lancée, les feuilles de route par pays seront présentées à l’ONU à partir du 17 septembre. Le même jour, Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’ESS, présentera les ambitions de la France pour l’investissement à impact social. La France était connue pour compter bien des pionniers de l’impact social. Désormais fer de lance, elle entend bien tenir son rang sur la scène internationale. Et pourquoi pas, changer le monde.