3 questions à… Antoine Robichon 
Directeur Clients et Stratégies de Citéo

Où en est-on en matière de recyclage des emballages plastique ? 

En Europe, les emballages représentent 40% de la production des plastiques. La France en recycle environ 25%. Il est difficile de comparer les pays car tous n’ont pas les mêmes définitions du recyclage, mais les pays scandinaves et l’Allemagne sont plus avancés. Pourtant, même pour eux, l’ambition du gouvernement français de 100% d’emballages plastique recyclables d’ici 2030 semble une marche bien trop haute. Les meilleurs élèves du recyclage en Europe ne dépassent pas les 50%.

Les ambitions de recyclage de la France sont-elles réalisables ?

Aujourd’hui, 40% des emballages plastique ne posent aucun problème de recyclage et nous pensons pouvoir atteindre 70% ou 80%. Mais les technologies actuelles ne permettent pas de recycler les 20% restants. A l’avenir, il faudra décider comment les traiter : en faisant évoluer les technologies, en les remplaçant par des matériaux plus recyclables ou en les interdisant.

Quels freins empêchent l’amélioration du recyclage ?

Parmi les blocages, il y a la conception. Il faut réduire les matières inutiles dans les emballages plastiques, éviter celles qui perturbent la filière du recyclage, tout en garantissant la bonne qualité des emballages qui protègent les produits. Autre enjeu, la collecte : les Français trient-ils correctement ? A Paris et Marseille, seule une bouteille plastique sur 10 est triée. Avec notre programme d’extension du tri plastique, d’ici 5 ans les Français pourront trier tous les emballages plastique et plus seulement les bouteilles et les flacons. Enfin, la consigne est un levier économique qui pousse à recycler. Les pays qui affichent 80% ou 90% de collecte des plastiques ont tous mis en place une consigne. Le geste de collecte doit devenir systématique.