Le soldat Buzyn part donc en campagne à Paris. Certes, il fallait bien quelqu’un pour sauver tout à la fois l’honneur et la capitale. L’ex-ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, s’en va donc battre le pavé parisien pour une campagne éclair, deux jours après avoir redit qu’elle n’irait pas. Malgré l’inexpérience. Malgré les dissidences. Malgré le manque de temps. Voilà qui interpelle. Car au fond, hormis l’amicale pression de l’Elysée, qu’est-ce qui la pousse à y aller ? L’ambition ? La gloire ? L’abnégation ? Peut-être tout cela à la fois. L’ex-belle-fille de Simone Veil, sauveuse de son camp pour le moment, est la seule à connaître au plus profond d’elle-même sa véritable « raison d’être » candidate. Mais elle en a une, assurément.

Et eux, qu’est-ce qui les pousse à y aller ? Les candidats de l’ESS aux élections municipales seront présents sur de nombreuses listes en mars prochain. A commencer par Antoinette Guhl, adjointe à l’ESS auprès d’Anne Hidalgo, qui ambitionne de devenir maire EELV du 20e arrondissement de Paris. Pas étonnant : le scrutin municipal est un scrutin local, or l’économie sociale et solidaire repose sur de grands principes, parmi lesquels figure avant toute chose l’utilité collective, sociale ou environnementale, au service de la population d’un territoire. L’ancrage local est forcément déterminant. Et les acteurs de l’économie sociale et solidaire sont parmi les mieux placés pour connaître ces besoins locaux, identifiés de longue date. Ils s’y attaquent déjà au quotidien.

Prenez Baluchon, le traiteur d’insertion. Son président-fondateur François Dechy, qui se lance dans les municipales à Romainville au sein d’un collectif citoyen, connaît par cœur la situation de l’emploi, la formation, l’insertion sociale et les inégalités territoriales. Prenez l’association Aurore, spécialisée dans l’hébergement d’urgence. Son directeur général Eric Pliez prend lui aussi du champ pour devenir tête de liste à Paris 20e, où il débat en expert notamment du logement social, de la précarité ou de l’accueil des migrants. Prenez le tiers-lieu culturel Main d’œuvre, à Saint-Ouen. Sa directrice Juliette Bompoint a voulu créer une liste commune pour défendre la place essentielle de l’innovation culturelle pour alimenter notre part de rêve, réinventer la ville et changer notre regard sur le monde.

Mais pourquoi se lancer en politique, quand ils sont déjà à pied d’œuvre sur le terrain ? Quels leviers supplémentaires le pouvoir municipal peut-il leur apporter demain ? Quels sont leurs projets ? Leurs ambitions ? Abandonnent-ils leur engagement associatif ? Anticipent-ils les renoncements qu’impose toujours l’exercice du pouvoir ? Nous poserons la question à Antoinette Guhl, Eric Pliez, François Dechy et Juliette Bompoint ce mercredi à 18h, lors de notre prochain évènement « IMPACT ». Un évènement intégralement dédié à l’ESS dans les élections municipales, au cours duquel nous accueillerons aussi le Labo de l’ESS, le RTES et la CRESS Ile-de-France, qui ont déjà préparé leur plaidoyer à l’attention des futurs élus municipaux.

Envie d’en être ? Inscrivez-vous, rejoignez-nous !

Partagez cet article