Partagez cet article

Pas facile d’être une fondation en 2020 ! Vous savez, ces fondations… les grosses, les petites, créées par des particuliers fortunés ou par des entreprises, soupçonnées parfois d’être passées du côté obscur de la force parce qu’elles brassent des millions d’euros, mais qui font partie de la grande famille de l’économie sociale et solidaire parce qu’elles financent de nombreux projets d’intérêt général. Oui, les fondations ont été clairement à la manœuvre durant la crise sanitaire. Elles sont pourtant en difficulté, depuis quelques temps déjà. Leurs placements financiers ne rapportent plus assez pour financer les projets de terrain. Et la crise sociale éparpille à présent les dons des Français dans de multiples directions.

Quant à la réforme de la fiscalité, elle a fait disparaître les mesures fiscales incitatives, rappelle le Centre Français des Fondations, réduisant les donations de fin d’année à l’heure où les plus fortunés réfléchissent à la défiscalisation. Vous vous sentez concernés ? Vous voulez défiscaliser ? Alors investissez dans l’économie sociale et solidaire, maintenant ! Si vous investissez dans un organisme à but non-lucratif, comme dans les fondations reconnues d’utilité publique, les fondations d’entreprises ou les fonds de dotation à objet d’intérêt général, votre don sera défiscalisé à hauteur de 66% de l’impôt sur le revenu : investissez 100€, le fisc vous rendra 66€.

Pour défiscaliser, les Français peuvent aussi souscrire au capital des entreprises de l’ESS. Covid oblige, un investissement réalisé entre le 10 août et le 31 décembre permet exceptionnellement cette année d’obtenir une réduction d’impôt sur le revenu égale à 25% du montant de la souscription (au lieu de 18% habituellement), à condition d’investir dans une PME de moins de 10 ans, rappelle Finansol. Vous êtes entrepreneur social et vous vouliez ouvrir votre capital en janvier ? Accélérez le mouvement, vos investisseurs vous remercieront ! Ils devront juste conserver leurs parts pendant 5 ans et ne pas investir plus de 50.000€ par personne. Pas mal pour démarrer, non ?

La coopérative Les 3 Colonnes, par exemple, vous invite à participer à sa levée de fonds de 10 millions d’euros ! Elle finance depuis 2013 le maintien à domicile des personnes âgées en développant une solution de viager solidaire. Vieillir à la maison en restant autonome, une nécessité rendue plus visible que jamais durant la crise du Covid. Les investissements sont défiscalisés à 25%, mais « seulement en 2020 », souligne la coopérative. Pour lui apporter votre concours, impossible toutefois d’investir ici en direct : vous devrez prendre des parts dans l’un des fonds d’investissement qui appuient le développement des 3 Colonnes : la Banque des Territoires, le fonds IDES géré par Esfin Gestion (Crédit Coopératif), le fonds NOVESS (Caisse des Dépôts), Aviva Impact Investing France, ainsi que Cayacos. Une structuration sécurisante pour la coopérative. Et tout autant défiscalisable pour vous.

Enfin, parce que l’argent ne dort jamais, rendez votre épargne utile pour Noël : Babyloan, l’une des toutes premières plateformes de financement participatif de France, lancée en 2008 et devenue l’un leaders européens du prêt solidaire, vient de lancer « Babyloan Impact », un nouveau produit d’épargne qui entend bousculer les codes de la finance traditionnelle car il se veut transparent et solidaire. Chacun peut y placer son épargne dans les projets de son choix, majoritairement dans les pays du sud où les inégalités s’accroissent davantage avec la crise mondiale, et pour une durée moyenne de 12 à 36 mois. A l’issue du prêt, les épargnants sont remboursés avec des intérêts allant de 2 % à 6 % brut. Soit jusqu’à 10 fois plus que le Livret A, le livret d’épargne préféré des Français, qui rapporte 0,5%.

Quand on sait que la Banque de France prévoit un surcroît d’épargne de 200 milliards d’euros en deux ans du fait de la crise et que 40 % des Français sont prêts à changer leurs habitudes pour rendre leur épargne utile à la société, indique une étude Via Voice pour Bablyoan, la contribution de chacun à la transformation de la société paraît prometteuse. Défiscalisation ou pas. Grâce à votre argent.


Partagez cet article