Un.e écolo à l’Elysée en 2022, voilà qui donnerait du souffle à la campagne, un cap à la France et pourquoi pas de l’espoir à l’Europe. Mais à sept mois de la présidentielle en France, rien n’est moins sûr. Car la famille écologiste sort littéralement écartelée du premier tour de sa primaire à l’élection présidentielle.

L’eurodéputé Yannick Jadot est pour l’instant en tête (27,7% des voix), mais il devance de peu l’économiste Sandrine Rousseau (25,1%) et tous deux laissent à courte distance la députée Delphine Batho (22,32%) et le maire de Grenoble Eric Piolle (22,29%). Ces deux derniers ayant refusé de donner une consigne de vote pour le second tour, dimanche prochain, le jeu est totalement ouvert. Ou totalement troublé.

Car Yannick Jadot, très en rondeur et en prise de hauteur, pourrait séduire les Français. Mais il s’avère trop tiède pour bien des écologistes. Sandrine Rousseau, plus habile à créer des ponts entre l’écologie et le social, paraît mieux ancrée dans la réalité. Mais elle affiche sa radicalité et apparaît comme très clivante. Eric Piolle, lui, se revendique de l’écologie de terrain, mais n’a rallié qu’un quart des militants. Quant à Delphine Batho, la plus franche de tous sur la crise climatique, elle a peut-être été trop angoissante… même pour les écolos.

Elle est pourtant bien là, l’angoisse de la crise climatique : « I am Greta » nous le rappellera une nouvelle fois, la semaine prochaine. Le film de Nathan Grossman, qui sort officiellement le 29 septembre en France et que nous avons vu en avant-première au Forum 3Zéro (la bande annonce est ici), dépeint l’urgence du siècle à travers les yeux de Greta Thunberg. On la voit rire avec son père. On la voit seule au réfectoire de son école, pourtant bondé. la voit parler à Emmanuel Macron, à l’ONU, aux dirigeants européens… et à ces milliers de jeunes qu’elle semble étonnée d’embarquer avec elle. Elle nous dit son enfance volée, sa colère et sa conscience du monde. C’est la conscience d’une génération ! Alors, quelle traduction dans les urnes ?

Face à la crise démocratique, l’expérience de la Primaire Populaire mérite le détour. Lancée en juillet, cette initiative de citoyens et de militants tente de faire émerger une candidature de gauche à la présidentielle. Via la plateforme sécurisée Neovote, des « parrainages citoyens » vont désigner, le 11 octobre prochain, cinq femmes et cinq hommes qui entendent « faire gagner l’écologie et la justice sociale en 2022 ». Plus de 100.000 citoyens s’y sont déjà inscrits et l’initiative avance. Christiane Taubira a dit qu’elle n’irait pas, mais elle est en haut du classement. Tout comme François Ruffin, Anne Hidalgo, ou encore… Sandrine Rousseau, Eric Piolle, Delphine Batho et Yannick Jadot. Oui, encore eux.

Parce que l’écologie est devenue bien davantage qu’un axe programmatique. C’est une politique en soi, qui entend bien répondre aux aspirations des jeunes générations. Quel que soit son candidat.

Partagez cet article

Nos abonnements B to B