ElodieVialle 500x333
Par Elodie VIALLE,
Journaliste et chroniqueuse
(Voir son compte Twitter)

Comment parler d’économie après le choc des attentats ? La France doit montrer sa capacité à se montrer unie si elle veut faire face à la menace mondiale du terrorisme, dit l’ancien otage Nicolas Hénin dans une interview au Guardian. Pour cette raison, Mediatico choisit de souligner encore une fois l’engagement des acteurs qui donnent du sens à l’expression “vivre-ensemble” et qui contribuent à l’intégration de tous dans la société. Voici une liste – non exhaustive et subjective – de projets qui valorisent le lien social et “l’empowerment”, cette capacité de chacun à reprendre le pouvoir sur sa vie :

 

  • Mozaïk RH : l’équilibre social est lié à l’emploi (voir leur site)
    Premier cabinet de recrutement à but non lucratif, Mozaïk RH s’est construit sur un concept simple : “réussir le recrutement des jeunes dans les quartiers populaires” pour lutter contre la discrimination à l’embauche. D’abord spécialisé sur la valorisation des talents des banlieues, le cabinet encourage la « diversité » dans les recrutements et conseille aujourd’hui des grands groupes dans leur politique de ressources humaines.
    ⇒ Voir le reportage vidéo de MEDIATICO sur Mozaïk RH

 

  • Singa : les réfugiés sont aussi des entrepreneurs (voir leur site)
    Ils ont défrayé la chronique en créant le “Airbnb des réfugiés”, mais Singa a aussi impulsé beaucoup d’autres initiatives moins médiatisées. Cette association se définit comme un “mouvement”, où des réfugiés construisent des projets entrepreneuriaux, culturels et associatifs, en binôme avec des Français. Singa écarte ainsi toute logique bénévole/bénéficiaire pour valoriser une relation entre partenaires.
    ⇒ Voir la vidéo de MEDIATICO avec Nathanael Molle, fondateur de Singa

 

  • Simplon : l’inclusion numérique comme un outil d’insertion (voir leur site)
    Cette “fabrique solidaire de programmateurs numériques” fait penser à l’école 42, de Xavier Niel. Le principe de Simplon : favoriser l’inclusion sociale de publics éloignés du marché de l’emploi, via le numérique. Pas besoin de diplômes pour accéder à ces formations certifiantes de six mois. Les “Simploniens” affichent un taux d’insertion professionnel de 87% à leur sortie.

 

  • VoisinMalin : le lien social, d’abord entre voisins (voir leur site)
    Comme Barack Obama, qui fut dans sa jeunesse « community organizer », les “Voisins Malins” vont à la rencontre des habitants isolés des quartiers moins privilégiés. A Grigny comme ailleurs, un réseau d’habitants dynamiques et motivés font du porte-à-porte pour donner des infos sur le tri sélectif, la facture d’électricité, l’accès aux droits… Vivre ensemble, c’est d’abord se parler.

 



  • « Debout » : l’information est un outil d’inclusion sociale (voir leur site)
    « Debout », c’est un magazine gratuit distribué via un réseau d’associations et de structures d’aide sociale. Un contenu adapté, simple à lire, avec des fiches pratiques. Pour gérer un budget, par exemple. Ce magazine réussit un pari que ni les médias, ni les grandes associations d’action sociale n’avaient su remporter : donner de l’info utile et intelligente aux populations démunies, avec succès. Être informé permet de comprendre et de choisir sa vie.

 

Construire le vivre-ensemble, c’est continuer à vivre, à travailler, à s’amuser. Ensemble. C’est pourquoi la rédaction de Mediatico vous invite aussi à participer au premier record du monde de la fondue solidaire organisée par Babyloan, au Palais Brongniart à Paris. Les bénéfices de cette sympathique soirée seront prêtés à des micro-entrepreneurs du monde entier. Face à cette solidarité globalisée, les terroristes n’ont qu’à bien se tenir.

Elodie Vialle