Faut-il se protéger du réchauffement climatique parce que d’immenses catastrophes nous attendent ? Habituelle, cette réponse ne convient pas à Charles Eisenstein. Penseur, écrivain et conférencier américain, chantre d’une société alternative basée sur l’économie du don, il explique dans cet entretien vidéo accordé à Mediatico et à PlaceToB, lors du OuiShare Fest 2015, qu’une réponse de nature anxiogène n’est certainement pas la bonne réponse : nos comportements et nos mentalités ne changeront pas pour autant.

 

Pour Charles Eisenstein, « le dérèglement climatique est le résultat d’une séparation profonde et historique entre l’Homme et la Terre ». Exploitation, gaspillage, consommation déraisonnée… Pour changer le cours de notre histoire, il faut d’abord changer de scénario. Osons dire que nous aimons cette planète, que le changement climatique va lui faire du mal, qu’il faut la protéger. « Nous devons respecter la planète comme notre mère », estime Charles Eisenstein. Et l’auteur américain de nous interpeller : « Aime-t-on notre mère parce qu’elle prend soin de nous ? Non, juste parce qu’on l’aime ». Une déclaration d’amour fiévreuse à l’heure du réchauffement climatique. L’amour serait-il la planche de salut de l’humanité ?

 



 

Pour aller plus loin :