Finis, les placements d’épargne à l’aveugle. Pour que l’épargne des Français ait un sens, la finance doit soutenir des objectifs qui sont plus grands qu’elle, affirme Hervé Guez, directeur de la recherche ISR de Mirova, dans cette interview vidéo accordée à Médiatico à l’occasion de la publication de l’ouvrage « Pour une finance positive » (éditions Rue de l’Echiquier)*. Ainsi en est-il du développement humain, de la transition énergétique, ou encore  l’insertion par l’emploi.  

 

Bien orientée, la finance peut donc être – ou redevenir – un outil au service du bien commun. Hervé Guez l’affirme, les Français ont là un rôle essentiel à jouer : ils doivent dire aux sociétés de gestion ou à leur établissement bancaire qu’ils veulent affecter leur argent à des projets précis, sans pour autant renoncer à leur rendement financier. Donner du sens à son épargne est donc possible dès aujourd’hui, mais tellement méconnu, au travers de différents types de placements qu’énumère Hervé Guez dans cette vidéo. 

 

Mirova, qui gère 4 milliards d’euros d’actifs, a d’ailleurs développé plusieurs fonds qui contribuent à financer des investissements « intelligents » dans une perspective de développement durable de la planète. Une finance plus soutenable est en marche. Certains financiers pleurent les rendements de jadis. D’autres ouvrent la voie pour demain.

 



* « Pour une finance positive », par Hervé Guez et Philippe Zaouati, 120 p., éditions Rue de l’Échiquier.

 

Pour aller plus loin :