Créé pour les élections européennes, le collectif #PourUneEuropeSolidaire a rallié 40 grandes associations françaises et européennes spécialisées dans la lutte contre les exclusions. Pour mettre sur la table des questions trop souvent occultées, le collectif a rédigé un plaidoyer à l’attention des candidats : « Nous avons notamment mis l’accent sur l’accès à l’hébergement d’urgence, dont les critères sont souvent discriminatoires » explique Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre. La Fondation, à l’instar de Aurore, Emmaüs ou l’Armée du Salut, est signataire de la charte #PourUneEuropeSolidaire. 

« Vivre à la rue est un danger évident pour tout le monde, quel que soit son état de santé ou son âge », martèle Manuel Domergue. Et les associations ont vu dans ces élections le moment idéal pour montrer que l’Union Européenne peut apporter son expertise et ses financements sur ces sujets. L’occasion, également, de rappeler plus spécifiquement la situation des migrants. Pour Manuel Domergue, il est illusoire de vouloir fermer les frontières : « Plus on ferme, plus les gens passent dans de mauvaises conditions », explique-t-il. Avant de rappeler qu’accueillir dignement les populations migrantes fait avant tout partie des obligations internationales.