Partagez cet article

A l’invitation de Mediatico, la secrétaire d’État à l’Économie sociale, solidaire et responsable, Olivia Grégoire, est venue échanger la semaine dernière, avec son franc parler habituel, avec les acteurs de l’ESS inscrits à notre évènement public « IMPACT #23 », exceptionnellement en ligne. Certains acteurs de l’ESS sont en difficulté face à la crise, d’autres sont plus agiles ou sont positionnés sur le numérique et parviennent à tirer leur épingle du jeu, relève-t-elle d’emblée.

Mais « tous sont éligibles aux aides de l’Etat », assure-t-elle une fois encore, alors que moins de 10% des associations employeurs ont demandé à bénéficier du fonds de solidarité. Les associations sportives ou les cafés associatifs pourront bien sûr prétendre au récent relèvement du plafond du fonds de solidarité, insiste-t-elle lors de cette longue interview, à revoir ci-dessus en vidéo.

PGE : le remboursement reporté de quelques mois

Comme si elle dressait en cette fin d’année son premier bilan d’un semestre ébouriffant, elle égrène les mesures et ses victoires : le fonds de solidarité qui s’ouvre enfin à toutes les coopératives ; le fonds UrgencESS de 30 millions d’euros pour les petites associations ; le guide en ligne qui recense toutes les aides d’Etat pour le secteur ; le numéro vert de Bercy pour répondre à chaque question ; jusqu’à l’e-mail direct d’un de ses collaborateurs, communiqué en live aux lecteurs de Mediatico, pour qu’il les aide à trouver des solutions.

Sans oublier ces aides directes de l’Etat qu’elle peut mobiliser à hauteur de 50.000€ par structure si elles rencontrent des difficultés majeures ; ou encore le fameux prêt garanti par l’État (PGE), dont le début du remboursement prévu au printemps est reporté à l’été, et dont la durée d’amortissement pourrait être allongée sans augmentation du taux d’intérêt.

Pour l’Etat, le secteur associatif pèse plus que l’agriculture

Interrogée par Mediatico, Label Emmaüs, Les Ecossolies, la CAE Clara et la CRESS PACA, Olivia Grégoire a répondu à nos questions en toute franchise et avec fermeté. Pas de calendrier de déconfinement spécifique pour les acteurs de l’ESS. Pas de TVA à taux réduit pour les produits reconditionnés dans les recycleries : elle nous explique dans cette vidéo pourquoi elle n’y croit pas.

Mais elle annonce une nouvelle impulsion pour les Pôles territoriaux de compétences économiques début 2021, la hausse de 5 millions d’euros du budget du FDVA pour soutenir la vie associative, ou encore l’augmentation de 2 millions d’euros (+20%) du budget du DLA pour former davantage d’associations et aider l’ensemble du secteur de l’ESS à basculer au numérique. Les associations, c’est un budget de 113 milliards d’euros par an, un secteur qui pèse plus lourd que l’agriculture, rappelle-t-elle. « Il fallait leur apporter une aide supplémentaire ».

Un soutien aux coopératives d’activité économique

Olivia Grégoire s’exprime aussi sur French Impact. Elle n’exclut pas la déconcentration de nouvelles compétences d’État auprès des Chambres régionales de l’ESS (CRESS) lors de la révision de la loi l’année prochaine, si les conditions sont réunies. Elle salue aussi la création, hier, de la nouvelle Fédération des Coopératives d’activité économique (CAE), qu’elle assure de son soutien pour mieux les faire connaître auprès des entrepreneurs.

Et dans le cadre de la relance des contrats à impact, elle annonce le lancement d’un nouvel appel à projets sur l’égalité des chances économiques, ouvert jusque fin février, suite à un premier appel à projets portant sur l’économie circulaire, encore ouvert jusqu’à la fin de cette année et qui rencontre selon elle un franc succès. L’ESS face à la crise ? Avec Olivia Grégoire, c’est plutôt “l’ESS en ordre de bataille”.


Les interventions des acteurs de l’ESS venus présenter leurs actions :

Maud Sarda, Label Emmaüs : “Nous appelons toutes les structures de l’ESS à rejoindre notre marketplace pour en faire un contre-modèle face aux géants du e-commerce”

Marc Richard, Les Ecossolies : “Notre tiers-lieu à Nantes affiche une baisse d’activité de 25% sur l’année, nous organisons un ‘autre-marché’ en digital”

Myriam Faivre, CAE CLARA : “Les coopératives d’activité économique ont permis de soutenir plus de 6.000 entrepreneurs, nous aurions pu faire plus”

Denis Philippe, CRESS PACA : “Nous avons mis en place une cellule de crise pour accompagner les petits entrepreneurs sociaux et éviter les trous dans la raquette”


Liens utiles et informations données par le cabinet d’Olivia Grégoire

Le cabinet d’Olivia Grégoire a répondu aux questions du public durant notre événement et nous a transmis a posteriori d’autres informations à consulter aux liens suivants :


Partagez cet article