Pour Jean-Michel Pasquier, CEO de KOEO, ces 7 derniers mois ont été l’occasion de remettre individuellement nos priorités à plat, de revoir nos objectifs de vie, et de nous revisiter. A défaut d’avoir permis de trouver une parade thérapeutique rapide, la Covid-19 a au moins eu la vertu de créer un anticorps naturel : celui qui tend désormais à nous décider de nous engager dans des actions plus solidaires…

DES ÉLANS FORMIDABLES DE SOLIDARITÉ 

Au-delà des conséquences économiques et sociales dont nous ne voyons à peine les prémices et qui vont être sans doute inédites pour l’ensemble de la collectivité, certaines questions se posent : comment faire face ? Comment faire front ? Comment se mobiliser ? Des élans formidables de solidarité sont nés et continuent de s’amplifier sur nos territoires, nés d’engagements et d’initiatives multiples. Ils sont le reflet de ce qu’une société offre de plus vertueux lorsqu’elle doit réagir aux difficultés dans un esprit et une dynamique de coopération naturelle.

Et si nous allions plus loin ? Et si nous installions dans l’ADN de nos organisations, entreprises, administrations, collectivités territoriales, une possibilité d’engagement encore accrue, pour que chacun puisse prendre la part qu’il souhaite redonner à la société ? Car la crise sanitaire actuelle n’est qu’un révélateur : il nous faut renforcer encore et sur le long terme nos dynamiques de solidarité, entre tous les acteurs des territoires.

METTRE EN PLACE UN VÉRITABLE SERVICE CIVIQUE PROFESSIONNEL

Pouvoirs publics, représentations patronales, syndicats de salariés et d’agents de la fonction publique, collectivités locales, et si nous mettions en place un véritable Service Civique Professionnel à destination des actifs, pour leur permettre, par exemple, un jour par an et pendant le temps de travail, de s’engager auprès d’acteurs associatifs et de publics fragilisés, via un mécénat de compétences professionnelles et personnelles, utiles et efficients ? Formations au numérique, aides aux CV, à la recherche d’emploi, distribution alimentaire et de produits de première nécessité, etc : les besoins sont déjà là et vont exploser.

A l’instar de l’actuel Service Civique qui propose aux jeunes de 16 à 30 ans de s’engager dans des actions liées à l’intérêt général, cette déclinaison dédiée aux actifs pourrait permettre de générer plusieurs dizaines de millions d’heures supplémentaires au profit des associations de terrain engagées dans nos enjeux sociétaux les plus importants ! Et également de rendre accessible l’engagement solidaire de collaborateurs d’organisations qui jusqu’à présent ne peuvent s’investir dans de telles actions en dehors du bénévolat personnel (pas toujours évident à organiser) ou du mécénat de compétences (limité par essence aux collaborateurs des organisations qui ont décidé de l’installer en leur sein).

Nous portons cette idée d’un Service Civique Professionnel chez KOEO depuis maintenant 7 années auprès des décideurs et des parties prenantes. Et si on se mettait enfin autour de la table pour avancer tous ensemble : pouvoirs publics, syndicats de salariés, mouvements des entreprises  ?

Jean Michel Pasquier, CEO de KOEO, entreprise sociale de conseil dans le mécénat de compétences. 

Partagez cet article