Partagez cet article

Déconfinement oblige, priorité cet été aux vacances locales et solidaires. Mais pas n’importe lesquelles : face aux opérations marketing des géants du voyage invitant à être solidaire en allant au restaurant en bas de chez soi, « la vraie question c’est d’avoir un impact positif sur les circuits courts, sur le soutien aux producteurs et sur l’impact écologique de vos destinations, c’est autre chose que de soutenir un commerce local qui ne serait pas dans une démarche sociale et écologique« , assure Brian Corrieri.

Avec l’application Fairtrip qu’il a lancée en 2017, vous allez pouvoir certes soutenir les restaurants et les hébergements qui n’ont pas pu accueillir de touristes pendant près de trois mois, mais aussi redécouvrir la diversité, le charme de la France, et visiter des lieux authentiques grâce à une nouvelle fonctionnalité développée durant le confinement pour aider les « FairTrippers » à voyager local et durable en France cet été.

L’application vient d’ailleurs d’être mise en avant par Apple sur sa plateforme de téléchargement, pour saluer la création par Fairtrip de sa nouvelle rubrique « 100 conseils pour voyager durable hors des entiers battus ».

Les cinq critères de Fairtrip pour sélectionner ses bonnes adresses

Que trouve-t-on précisément sur Fairtrip ? « Des adresses engagées dans les circuits courts, dans l’économie solidaire, ou encore dans la transition écologique« , explique Brian Corrieri, au bout du monde, comme en bas de chez soi« . Exemple avec le Moulin à Café, un café associatif du 14e arrondissement de Paris, ou encore ce restaurant familial dans le sud du Laos « où les nems sont à tomber« , promet-il.

Rigoureuse, la sélection des adresses de Fairtrip répond à cinq critères. L’authenticité, qui passe bien souvent par le respect du patrimoine. Le caractère local, qui permet de soutenir directement les producteurs. Le critère vert, via la gestion écologique de l’eau, des déchets ou de l’énergie. La solidarité, au sens de l’économie sociale et solidaire, qui suppose par exemple une redistribution d’une partie des revenus touristiques à des associations locales. Enfin, le critère équitable, pour soutenir des établissements familiaux.

Aujourd’hui, l’application affiche déjà 60.000 téléchargements, enregistre 6.000 utilisateurs actifs par mois et référence plus de 3.000 adresses. Des chiffres promis à s’envoler : « Nous avons vu pendant le confinement un engouement pour des voyages différents, loin des foules, hors des sentiers battus, éthiques et authentiques« , rappelle Brian Corrieri.

Une application qui, souhaitons-le, intégrera un jour l’offre d’un grand catalogue de tourisme en ligne responsable, pour se faire connaître plus largement encore et décupler son impact au-delà des frontières.


Partagez cet article