Au Venezuela, où le contexte politique est assurément particulier, la politique d'achats du groupe  Toyota est clairement orientée : les approvisionnements se font de façon prioritaire auprès des fournisseurs locaux ou nationaux, explique Betty Rodriguez, étudiante en Master "Economie solidaire et logiques de marché", au terme d'un stage dans la filiale vénézuélienne du constructeur automobile japonais.

 

L'objectif est de pousser les multinationales comme Toyota à adopter une politique d'achats bénéficiant à la communauté locale, au titre de la responsabilité sociétale de l'entreprise (RSE). Un témoignage concret, apporté à l'occasion d'une table ronde organisée durant la Semaine 2014 de l'investissement socialement responsable (ISR) par l'association "Ethique et Investissement", en partenariat avec le Master "Economie solidaire et logiques de marché" de l'Institut Catholique de Paris - Faculté de sciences . . .

Pour profiter pleinement de l'ensemble de nos contenus, abonnez-vous.
Vous intégrerez une communauté qui redonne du sens à l'économie et vous aiderez Mediatico à assurer son indépendance éditoriale. Merci !