Comment qualifier le Black Friday ? « Incohérent », affirme Emery Jacquillat, le PDG du groupe Camif Matelsom, qui vend du mobilier et des objets de décoration sur le site Camif.fr. Le Black Friday, c’est ce jour de l’année où les magasins du monde entier réalisent un chiffre d’affaires colossal, à coup de soldes étourdissants : ce vendredi 29 novembre, même les commerces les plus en difficulté vont voir leurs comptes sortir du rouge et leurs cahiers de compte se remplir de lignes de ventes inscrites en noir (black). Bonne nouvelle… sauf que cette course à la surconsommation n’a aucun sens et asphyxie toujours plus notre planète aux ressources limitées.

« Cette semaine là, nous avons décidé de fermer notre site de vente en ligne, nous faisons zéro chiffre d’affaires« , explique Emery Jacquillat dans cette interview accordée à Mediatico. Surprenant pour un commerçant ! Explication : engagée depuis plusieurs années sur la consommation responsable, la Camif refuse de se prêter au jeu du Black Friday et préfère ce jour-là inviter ses collaborateurs à s’engager bénévolement dans des associations, dans la droite ligne du Giving Tuesday, mardi 3 décembre, qui valorise au contraire les actes de générosité. « Prendre conscience ce jour-là que l’on n’est pas obligé d’acheter, cela vient nourrir notre projet d’entreprise« , insiste Emery Jacquillat. Et même ses actionnaires ne peuvent pas le lui reprocher. La mission sociétale de l’entreprise est en effet désormais inscrite au coeur de ses statuts.

VOUS AIMEZ MEDIATICO ? ENTREZ DANS LA COMMUNAUTÉ !