Sept millions de tonnes par an : voilà ce que représente la production mondiale de marc de café. Un terreau très fertile pour faire pousser... des champignons ! Objectif : les vendre, bien sûr. Et créer des emplois pour des personnes éloignées du marché du travail. « Notre objectif est de concevoir des systèmes de production circulaires et solidaires, de les exploiter nous-même, puis de les distribuer », raconte Arnaud Ulrich, co-fondateur de la Boîte à Champignons, dans cette interview vidéo accordée à Mediatico aux Grands Voisins.

D’abord récolté auprès de restaurants et d'entreprises partenaires, le marc de café est ainsi confié à des personnes en réinsertion professionnelle. Elles y ajoutent des filaments de mycélium, puis l'ensemble est placé dans de petites boîtes en carton. Le tout forme un “kit” qui sera . . .

Pour profiter pleinement de l'ensemble de nos contenus, abonnez-vous.
Vous intégrerez une communauté qui redonne du sens à l'économie et vous aiderez Mediatico à assurer son indépendance éditoriale. Merci !