Peu de nouvelles décisions, peu de perspectives, beaucoup d’incohérences : la 4ème Conférence Environnementale sur le Développement Durable des 25 et 26 avril derniers débouche à nouveau sur une déception.

 

Associations, entreprises, syndicats et élus s’étaient retrouvés pour aborder l’agenda des solutions pour la croissance verte, l’implication de tous dans la transition écologique et la préservation des milieux. On a parlé d’obligations vertes, de prix du carbone, du nucléaire… Vaste programme pour « le gouvernement sans doute le plus écologiste qui ait jamais existé ». Peut-être trop vaste.

 

Car, au final, pas de réelles avancées, rien de véritablement engageant ni de contraignant, peu ou pas de sanctions. Comme pour la COP21, les parties prenantes ressentent une volonté d’agir dans l’urgence… sans trop se presser.

  . . .

Pour profiter pleinement de l'ensemble de nos contenus, abonnez-vous.
Vous intégrerez une communauté qui redonne du sens à l'économie et vous aiderez Mediatico à assurer son indépendance éditoriale. Merci !