Certains les nomment “les Barbares”. De nouveaux acteurs, qui débarquent sur un marché en misant sur le potentiel du numérique, menaçant la survie des professions de tout un secteur. Le phénomène de l'ubérisation touche les chauffeurs de taxi, les hôteliers… Désormais, les associations aussi sont menacées. Mais elles peuvent y survivre.

 

Des structures historiques au fonctionnement obsolète

D’un côté, des associations d’insertion et d’action sociale vieillissantes, héritées du Front Populaire et de l’après-guerre. “Ce sont des structures verticales, très hiérarchisées, et de fait, l’information circule lentement”, analyse Denis Pansu, responsable de l’innovation ouverte à la Fondation Internet Nouvelle Génération (

Pour profiter pleinement de l'ensemble de nos contenus, abonnez-vous.
Vous intégrerez une communauté qui redonne du sens à l'économie et vous aiderez Mediatico à assurer son indépendance éditoriale. Merci !