Lors de sa campagne de financement participatif, l’été dernier, Fairphone espérait 1 millon d’euros… et a réussi à lever près de 2,5 millions d’euros en moins de 40 jours ! “Avec ces fonds, nous allons pouvoir améliorer notre projet et avoir encore plus d’impact” confie Luke James, responsable commercial de l’entreprise néerlandaise, de passage Paris. Son objectif : “mettre la lumière sur les problèmes sociaux et environnementaux qui existent dans la chaine de fabrication des téléphones, et de les faire évoluer”, explique-t-il.

Cette levée de fonds va en effet permettre à la compagnie de poursuivre la recherche et le développement sur la production, et de travailler à la notoriété du Fairphone, ce téléphone mobile totalement démontable et dont les métaux rares ne sont pas issus de zones de guerre en Afrique. “Nos engagements et nos études sont totalement transparentes”, insiste Luke James. Fairphone entend montrer l’exemple à d’autres entreprises “dans toute l’industrie électronique” et convaincre toujours plus de consommateurs. D’ici 2020, Fairphone espère notament faire passer son nombre d’utilisateurs de 150.000 à 500.000. 

Le Fairphone est démontable, nous montrait l’an dernier Laura Guerritsen, responsable de la chaîne de valeur chez Fairphone, dans une précédente interview vidéo à Mediatico. Intérêt de l’opération : changer soi-même les composants au fur et à mesure que l’appareil vieillit. Des économies de réparation à la clé, bien sûr, mais surtout un état d’esprit : un appareil Fairphone lutte contre l’obsolescence programmée et s’inscrit dans le cadre de l’économie circulaire en nous invitant à réduire nos volumes de déchets électroniques et en cessant de considérer notre « vieux » téléphone comme une vieille chaussette.

Fairphone est aussi un appareil respectueux des droits de l’homme, puisque l’entreprise intègre depuis sa création en 2013 les principes du commerce équitable, luttant particulièrement contre les « minerais de la guerre ». En effet, nos téléphones sont habituellement bourrés de minerais rares et précieux, comme le coltan, dont l’origine est mal contrôlée. Leur commerce finance hélas trop souvent des groupes guerriers en Afrique. Contrairement à d’autres fabricants de smartphones, Fairphone refuse de faire l’autruche et travaille depuis sa création sur la traçabilité des minerais de ses appareils.

Partagez cet article