La permaculture, « c’est une méthode de conception d’écosystèmes humains équilibrés, pas une technique agricole », explique Maxime de Rostolan, directeur de l’association Fermes d’avenir, dans cette interview vidéo accordée à Mediatico lors du dernier OuiShare Fest, le festival européen de l’économie collaborative. « On peut faire de la permaculture en gérant une entreprise ou en étant élu sur un territoire. »

 

C’est pourtant pour prouver que l’agriculture naturelle est plus rentable que l’agriculture chimique que cet ingénieur a créé une ferme expérimentale en Touraine. Inspirée de la permaculture – on y pratique un maraîchage diversifié, bio – elle vise un objectif : montrer que l’on peut atteindre l’équilibre économique en 4 ans et employer 6 fois plus de personnes par unité de surface.

 

Pour l’instant, toutes les externalités négatives de l’agriculture conventionnelle (sur l’environnement, la santé ou l’emploi) ne sont pas comprises dans le prix. « Mais quand l’énergie issue du pétrole aura vraiment le coût qu’elle doit avoir, on sera vraiment compétitifs », assure Maxime de Rostolan.

 

Pour aller plus loin :