Funds for Good est l’exemple typique de cette finance altruiste en voie d’émergence, qui ne voit plus l’intérêt de gagner beaucoup d’argent pour ne rien faire d’utile. « On aurait pu monter n’importe quel business pour aider les chômeurs à créer leur propre emploi, on l’a fait dans la finance », explique Patrick Somerhausen, co-fondateur de Funds for Good, dans cette interview vidéo tournée par Mediatico, lors de la remise des [profit for Non Profit] Awards 2015 organisés par le cabinet de conseil Axylia.

 

Le modèle de Funds for Good revisite les fondements mêmes du modèle économique des entreprises financières. Celles-ci gagnent généralement leur vie en prélevant des frais de gestion sur les placements qu’ils ont vendu à leurs clients. Ici, Funds for Good décide de redistribuer chaque trimestre à une fondation l’équivalent de 10% du chiffre d’affaires généré par ces frais de gestion. La fondation accorde ensuite des prêts d’honneur, remboursables deux ans plus tard, à des chômeurs qui créent leur propre entreprise.

 



Objectif de Funds for Good : aider au départ 5.000 chômeurs en France, en Belgique et au Luxembourg, puis 100.000 chômeurs – ou plus – dans toute l’Europe.

 

Pour aller plus loin :