Un peu de sucre avec votre café ?  Non… mettez-moi plutôt de l’inclusion s’il vous plait ! Aussitôt dit, aussitôt fait : voilà Le Café Joyeux ! Employant uniquement des serveurs porteurs de handicaps cognitifs ou mentaux, ce restaurant prône l’inclusion professionnelle et les rencontres à travers le travail. Bien implanté dans la capitale avec ses deux restaurants, mais aussi à Rennes et à Bordeaux, la famille de Café joyeux s’agrandit et ouvre son nouveau restaurant à Lyon, nous annonce, sourire aux lèvres , Thomine De Bournet, commerciale chez Café Joyeux.  

L’histoire du Café Joyeux commence en 2017, avec l’ouverture du premier café-restaurant à Rennes. L’objectif est triple : rendre le handicap visible dans la société, favoriser les échanges et proposer du travail à un public souvent éloigné de l’emploi : les personnes en situation de handicaps cognitifs ou mentaux. En France, 700.000 personnes sont diagnostiquées comme autistes, et 65.000 sont atteinte de Trisomie 21. Avec un taux de chômage extrêmement fort, les personnes atteintes de ces troubles se retrouvent souvent en marge de notre société, leur inclusion dans le monde dit « ordinaire » est difficile.

« C’est important pour nous d’être dans le milieu ordinaire, de montrer que c’est possible d’embaucher des personnes avec un handicap, et surtout c’est source de joie et de dynamisme en entreprise »  affirme Thomine De Bournet.

À travers son activité de café-restaurant, Le Café Joyeux tend à effacer les frontières qui existent entre le milieu « ordinaire » et le monde à part du médico-social. En employant et formant des personnes autistes ou atteintes de trisomie 21 aux métiers de la restauration mais également à la préparation de commandes, le Café Joyeux donne un véritable coup de poing dans les préjugés existants sur les personnes handicapées en entreprise. En plus de son activité de restaurant, Le Café Joyeux, c’est également depuis 2018 une marque de café solidaire et inclusif vendu en grains, en capsules ou moulu à destination des professionnels ou des particuliers. Torréfié et conditionné en France, chaque commande est préparée par 30 personnes en situation de handicap à Paris.

Avec l’ouverture du 5e Café Joyeux à Lyon en octobre dernier, la joyeuse famille s’agrandit progressivement et déploie son concept de café solidaire sur le territoire français : Paris, Rennes, Bordeaux, Lyon, mais la franchise ne s’arrête pas là dans son développement. Par suite d’un accord entre la Fondation Émeraude Solidaire et l’association portugaise VilacomVida, les Français ne sont plus les seuls à pouvoir profiter des cafés Joyeux. La marque de cafés-restaurants inclusif choisit le Portugal, à Lisbonne, pour sa première implantation en Europe. Le 20 novembre dernier, les lisboètes ont pu découvrir le premier Café Joyeux ouvert à l’étranger ! Et la joie n’en a pas fini de se répandre nous confirme Thomine de Bournet : « Plus vous buvez de café joyeux plus on ouvre vite les prochains projets ».

L’inclusion professionnelle : un enjeu majeur de santé publique

Déjà en proie à des difficultés de socialisations et de fort isolement, les personnes atteintes de troubles mentaux et cognitifs ont subi de plein fouet la crise sanitaire. Les coupant totalement du monde ordinaire, de leurs travails et de leurs habitudes. Obligés de fermer leur restaurant physique, et malgré la mise en place d’un service à emporter, les équipiers du Café Joyeux ont été fortement déboussolés par les confinements et par leur pertes de repères professionnels nous explique Thomine De Bournet : « Ça a été très compliqué pour les équipiers de revenir à la maison, de ne plus travailler, ils avaient enfin trouvé un travail, et là il leur a été enlevé ». Autant dire que la reprise d’une activité normale était fortement attendue dans les restaurants du Café Joyeux !

Partagez cet article