Partagez cet article

À deux pas du parc Montsouris, l’ancien couvent des sœurs Franciscaines accueille des acteurs de l’ESS et des réfugiés.

Derrière chaque ruelle parisienne, se cache une surprise. Niché à deux pas de la cité universitaire dans le 14e arrondissement de Paris, l’ancien couvent des sœurs Franciscaines Marie de la passion a été mis à disposition d’acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS). Un endroit incroyable, nous raconte Marie Guilguet, responsable du site pour Plateau Urbain. Les sœurs n’ayant plus la capacité d’entretenir cette bâtisse historique, c’est l’entreprise In’li, qui la leur achète. Spécialisé dans le logement intermédiaire, l’entreprise à pour projet la rénovation des bâtiments existant et la construction de 130 logements à la fois libres et intermédiaires qui préserveront les espaces protégés.

Ancrée dans l’ADN du couvent, les valeurs sociales et solidaires ont toujours été présentes ici, insufflées par les sœurs dès 1895 et désormais portées par l’association Aurore en partenariat avec la coopérative Plateau Urbain et l’association Caracol. Ce nouvel espace éphémère est occupé, et ce pendant 1 an et demi, par une soixantaine de structures issues du monde de l’ESS : artistes, artisans, associations qui œuvrent pour le vivre ensemble.

Lieu festif et lieu de vie

Bien vivre ensemble, de manière durable et responsable, c’est l’objectif premier des tiers-lieux. Le Village Reille en est un exemple concret : lieu de travail pour les structures de l’ESS, mais également lieu de vie pour les réfugiés et les jeunes en difficulté, le Village Reille vise à créer une cohésion entre ses différents acteurs. Dans une optique d’insertion sociale, l’association Caracol propose ainsi des colocations entre réfugiés et étudiants. L’association Aurore s’occupe quant à elle du centre d’hébergement et de stabilisation, qui accueille aujourd’hui une soixantaine de jeunes migrants de 18 à 30 ans.

Véritable bulle d’oxygène au coeur du tumulte parisien, le Village Reille propose aussi ponctuellement une programmation festive et ouverte au public. Ateliers, découverte des associations, cours de danse, théâtre ou activités multiples y sont proposées collectivement par les différentes structures. À l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, le 20 juin dernier, les riverains ont ainsi pu, à l’ombre de la chapelle Jeanne d’Arc, rencontrer l’ensemble des associations œuvrant pour l’insertion des réfugiés et participer à des ateliers créatifs (voir notre reportage vidéo).

Ce week-end, c’est la fête des jardins qui sera mise à l’honneur au Village Reille : les 25 et 26 septembre, les riverains pourront découvrir le temps d’un weekend ce « joyau » du quatorzième comme l’appel Marie Guilguet, le sourire aux lèvres.


Partagez cet article