La Maison des Canaux, qui accueille à Paris les acteurs des économies innovantes et solidaires et dont le nouveau programme estival vous invite à passer un été engagé, héberge en son sein le Yunus Center de Paris, du nom du Professeur Muhammad Yunus, inventeur du micro-crédit et prix Nobel de la Paix. Les équipes de Mediatico l’ont rencontré sur les bords du canal de l’Ourcq, où il nous explique l’origine de ce Yunus Center de Paris – il en existe aussi un au Bangladesh – ainsi que ses objectifs.

Le Yunus Center de Paris a été créé sur suggestion d’Anne Hidalgo, pour fédérer les acteurs de l’entrepreneuriat social, raconte–il : “Il faut savoir que la France est un pays leader de l’entrepreneuriat social, grâce à des entreprises comme Danone, Veolia ou le Crédit Agricole” qui soutiennent financièrement et opérationnellement des projets qui développent des formes d’entrepreneuriat servant des objectifs sociaux et environnementaux. “Mais nous n’avions pas de présence à Paris, nous étions donc très intéressés à l’idée de soutenir l’entrepreneuriat social en France, pour collaborer ensemble“.

Développer l’entrepreneuriat social dans les universités françaises

C’est surtout la perspective de Jeux Olympiques de 2024 qui a intéressé la maire de Paris et qui a fini de convaincre le prix Nobel de la Paix. En effet, 25% des marchés publics liés aux Jeux Olympiques sont réservés aux TPE-PME, aux structures de l’économie sociale et solidaire et aux programmes d’insertion par l’emploi. Le Yunus Center de Paris a donc toute sa place à Paris pour connecter ensemble tous ceux qui travaillent pour les Jeux Olympiques dans une vision à la fois économique et solidaire.

Le Yunus Center entend aussi développer l’entrepreneuriat social dans les universités françaises, poursuite le Professeur Yunus. “A Paris, à Lille ou dans d’autres grandes villes, beaucoup d’universités sont intéressées par la création d’un Social Business Center, assure-t-il, ce qui nous pousse encore davantage à nous installer ici pour fédérer la jeunesse, partager nos messages avec elle et la sensibiliser aux idées de l’entrepreneuriat social“.

Partagez cet article