Quand les prêts bancaires sont impossibles à obtenir pour lancer son activité économique, la microfinance prend le relais, explique Alexis Surun, responsable des investissements d’Oxus,  lors du Forum Convergences, à Paris. Les réseaux bancaires sont  en effet inexistants dans de trop nombreux villages des pays du Sud.

Spécialisé dans les prêts accordés aux micro-entrepreneurs en Asie centrale et en Afrique, Oxus finance ainsi des activités d’auto-entrepreneurs, des petits commerçants, des agriculteurs ou encore des coiffeurs, qui participent du tissu économique local et permettent de lutter contre la pauvreté dans la dignité. Le métier de banquier trouve là une véritable finalité sociale.

Alexis Surun explique les raisons de la présence d’Oxus dans des pays post-conflits comme l’Afghanistan, le Tadjikistan, le Kirghizistan, ainsi que la RDC en Afrique sub-saharienne, où les besoins sont immenses. Le réseau Oxus a été créé en 2005 pour combattre la pauvreté en fournissant un accès aux services financiers aux plus pauvres, à l’initiative de l’ONG humanitaire ACTED (Agence d’Aide à la Coopération Technique et au Développement).

Alexis Surun a rejoint Oxus en 2010. Titulaire de deux Masters, l’un en Gestion d’Actifs et l’autre en Ingénierie Financière, il a débuté sa carrière chez PAI partners à Paris, avant de travailler en banque d’investissement pour BNP Paribas à New York.

Pour aller plus loin :