Alors que le Sénat étudie la nouvelle loi sur l’économie circulaire qui doit être votée d’ici mars 2020, l’association Rcube organise le 21 novembre les États généraux du réemploi et de la réparation. Le but : rassembler les acteurs de la réduction et de la transformation des déchets pour inciter les consommateurs à réparer eux-mêmes, et proposer au gouvernement de prendre en considération les nouveaux métiers apparus avec le secteur du réemploi.

Dans le secteur de la réparation, les études statistiques sont rares. C’est pourtant un marché en pleine expansion, pourvoyeur d’emplois et créateur de valeur, estime Benoît Varin, président de la fédération Rcube. L’association dédiée aux acteurs du réemploi évalue à 100 milliards d’euros . . .

Pour profiter pleinement de l'ensemble de nos contenus, abonnez-vous.
Vous intégrerez une communauté qui redonne du sens à l'économie et vous aiderez Mediatico à assurer son indépendance éditoriale. Merci !