Peut-on donner un impact positif à son argent quand on est simple étudiant ? Evidemment ! Grâce au programme The Rise, un acronyme pour « Revolution Initiated by Students for Entrepreneurship », les étudiants peuvent en effet contribuer à l’aide au développement et impacter la vie de micro-entrepreneurs du monde entier. Vous êtes étudiant ? Participez à The Rise, le challenge solidaire organisé depuis 2012 par Babyloan, premier site européen de prêts solidaires !


Les 19 et 20 novembre prochains, les campus étudiants seront en compétition pour collecter jusqu’à 500.000 euros, destinés à financer des prêts solidaires. La démarche est simple : les étudiants se connectent sur une plateforme internet et ils choisissent les projets de micro-entrepreneurs à qui ils souhaitent prêter un peu d’argent. Chaque étudiant fait ainsi un prêt utile et impactant. The Rise assure ensuite la redirection de l’argent pour le bénéficiaire, en toute transparence. L’argent sera d’abord crédité sur le compte d’une Institution de Microfinance (IMF) locale, elle-même en contact direct avec le micro-entrepreneur choisi dans un pays donné. Celui-ci utilisera l’argent pour réaliser son projet, puis il remboursera peu à peu les fonds à l’IMF, qui remboursera à son tour le prêteur par petites mensualités.

Grosse récompense à l’issue du challenge : un voyage-découverte de terrain est offert à des étudiants du campus gagnant. Mais surtout, Noémie Harnois, chargée de projet The Rise, souligne que ce challenge permet aux étudiants de contribuer directement à l’atteinte des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU. Grâce au micro-crédit accordé par les institutions de microfinance, les micro-entrepreneurs peuvent en effet sortir de la pauvreté en développant une activité économique stable et augmenter leurs revenus. Les inégalités entre les sexes sont également combattues, puisque 80 % des micro-entrepreneurs sont des femmes. Enfin, le prêt solidaire a des impacts environnementaux certains, puisqu’il permet souvent d’investir dans des panneaux solaires.

Partagez cet article