Ouf, le combat écologique revient en première ligne. A l’heure des 150 propositions de la Convention citoyenne sur le climat, l’association “Wings of the Ocean” sort elle aussi du confinement. Les travaux vont bon train, bientôt ils humeront l’air du large. “Ponçage de coque, réparations en machine, tri du matériel, dérouillage, tout le Kraken y passe”, se félicitent les membres de l’association. Excellente nouvelle, car jusqu’ici la crise semblait devoir reporter les enjeux écologiques à plus tard…

La lutte contre la pollution plastique reste plus que jamais un combat essentiel pour construire le monde de demain. Dernier né des projets anti-plastique-en-mer, « Wings of the Ocean » est à la fois une école de voile… et un projet de dépollution maritime. Créée en 2018 par Julien Wosnitza et Sébastien Fau, l’association s’est fixée un pari fou : dépolluer les océans et de sensibiliser sur les conséquences des déchets plastiques en mer.

Wings of the Ocean s’attaque à un fléau une nouvelle fois épinglé par un rapport du WWF paru en juin 2019 : 11.200 tonnes de plastique déversées en France dans la nature pénètrent en mer Méditerranée. Mais cette pollution ne vient pas des bateaux : ce sont les activités côtières qui sont à l’origine de 79% des rejets de plastique, en raison notamment d’une mauvaise gestion des déchets et de l’impact des activités touristiques et de loisirs.

Des vacances engagées sur le Kraken
pour 100€ par jour

Avec le Kraken, un trois-mâts de 47 mètres de long construit en 1974, « Wings of the Ocean » propose des actions de ramassage de déchets plastiques en mer et sur les côtes, ainsi que des campagnes de sensibilisation. Navire-école expérimental, sa mission est de mettre au point une méthode de collecte du plastique efficace sur le long terme.

L’équipe composée d’une trentaine de bénévoles propose aux particuliers des séjours d’une semaine à un mois, au prix de 100 euros par personne et par jour. Fondée en Alsace-Moselle, elle dispose d’un atout juridique aux yeux de son porte-parole : « Du fait de sa localisation, l’association relève d’un statut particulier qui nous permet d’émettre des reçus fiscaux et aux particuliers de déduire leurs dons de leurs impôts. Ce qui n’aurait pas été possible aussi tôt sous un statut loi 1901. » 

Dans le cadre de la crise sanitaire, Wings of the Ocean a pris toutes les dispositions nécessaires afin de garantir la sécurité de chacun. Les différents “Local Clean Ups”, ces événements de dépollution autour de la France, avaient naturellement été repoussés à des dates ultérieures. Le temps est venu de les soutenir dans leur combat écologique et de scruter, très bientôt, l’annonce de leur programme de navigation pour cet été. Des volontaires pour les rejoindre ?


Partagez cet article