Le secteur associatif se transforme à grande vitesse. « Depuis 15 ans, le nombre d’associations a continué d’augmenter », entame Viviane Tchernonog, chercheuse au Centre d’économie de la Sorbonne et grande spécialiste du secteur. Dans sa dernière étude chiffrée et documentée sur le paysage associatif français, elle montre que « le secteur s’est professionnalisé » : les associations sont beaucoup mieux structurées et leurs modèles économiques plus travaillés. Bénévoles et salariés sont également mieux formés. Mais cette nouvelle réalité polarise l’écosystème associatif. D’un coté, il y a les grandes associations « qui mettent en place les politiques publiques et aspirent l’essentiel des financements ». De l’autre, les petites associations sont très nombreuses, mais elles « génèrent . . .

Pour profiter pleinement de l'ensemble de nos contenus, abonnez-vous.
Vous intégrerez une communauté qui redonne du sens à l'économie et vous aiderez Mediatico à assurer son indépendance éditoriale. Merci !