Densifier les zones blanches de la culture, mission d’envergure ! C’est celle que Françoise Nyssen, ancienne ministre de la Culture, avait confiée à Bernard Latarjet, conseiller culturel de longue date dans les plus hautes sphères de l’Etat. Ingénieur agronome, devenu ensuite administrateur culturel auprès de la Cinémathèque française ou de la Halle de Villette notamment, Bernard Latarjet défend depuis toujours l’alliance entre le monde de la culture et celui de l’économie sociale et solidaire. « La culture représente une fraction très importante des entreprises de l’ESS » , confie-t-il à Mediatico, dans cette interview vidéo réalisée à l’occasion du Festival d’Avignon.

« 40 000 entreprises culturelles appartiennent à l’ESS, c’est pratiquement 20% du secteur et pourtant, cette part est sous-estimée par les instances nationales de l’ESS et celles de la culture », s’étonne-t-il. Pourtant, ces entreprises de l’ESS sont essentielles à la politique culturelle, affirme-t-il, appelant à un rapprochement des deux milieux et au développement de coopérations de toute nature. « Ces entreprises doivent apprendre à travailleur ensemble, partager les moyens et faire des projets communs pour être plus forts », poursuit-il, « mais il faut aussi aider les entrepreneurs de ces petites entreprises culturelles car ce sont souvent des artistes, peu formés aux questions de modèle économique et de diversification des ressources ». Pour Bernard Latarjet, c’est toute la question de la « transition culturelle » qu’il faut désormais travailler.